Avec le vélo de demain, vous purifierez l’air en pédalant

Après la tour purificatrice d’air, Roosegaarde veut mettre en place des vélos qui aspireraient l’air pollué et le rejetteraient sain au cycliste. Un projet novateur qui aiderait à décongestionner les villes en utilisant des moyens de transports écologiques tout en dépolluant l’air nocif.

Pédaler pour purifier l’air

Le projet Smog Free, initié par l’artiste et inventeur hollandais Daan Roosegaarde, continue son chemin écologique depuis ses débuts en 2013. Souhaitant aller plus loin dans son projet de purification de l’air, Roosegaarde a décidé d’installer le dispositif utilisé pour sa tour purificatrice d’air sur des vélos, les Smog Free Bicycle. Le procédé reste le même mais ici, il sera effectif lorsque les cyclistes pédaleront. Les coups de pédales de l’utilisateur vont produire l’énergie nécessaire au vélo pour aspirer l’air pollué et le nettoyer grâce au procédé d’ionisation positive. Il est ensuite renvoyé, purifié, vers le cycliste. Encore en développement, ce projet de vélo est soutenu par le gouvernement chinois, et est mené en collaboration avec l’artiste britannique Matt Hope et l’université de Tsinghua.

Pour ce nouveau projet, la mission est double. Dans la continuité de ses ambitions, il s’agit donc de dépolluer l’air ambiant. Mais le vélo écologique de Daan Roosegarde vise également à décongestionner les villes et favoriser les moyens de transports plus écologiques. Une forte utilisation du Smog Free Bicycle permettrait une diminution des voitures en ville, une des principales causes de pollution urbaine, tout en purifiant l’air. «  Les vélos ont toujours été un symbole d’une vie favorable à l’énergie et à la réduction des embouteillages, mais ce vélo sert une double fonction en nettoyant l’air pendant que vous pédalez. » affirme l’artiste hollandais.

 

Le projet Smog Free pour éliminer la pollution

C’est dans son appartement à Pékin que Daan Roosegaarde a eu l’idée de créer son projet Smog Free. Le samedi, dans la capitale, il est possible de voir l’horizon des immeubles, mais la semaine la ville est ensevelie dans un brouillard de pollution. Pour remédier à ce problème, l’inventeur hollandais a tout d’abord proposé en 2015 une tour qui aspirerait l’air afin de le nettoyer et le recracher en air pur. Après une campagne Kickstarter couronnée de succès, la tour a été dévoilée dans la parc public de Tianjin. L’artiste aimerait par la suite en installer à Mexico, Paris et Los Angeles.

La Smog Free Tower est actuellement le plus grand purificateur d’air au monde. D’une hauteur de 7 mètres et avec une largeur de 3,25 mètres, elle peut aspirer 30 000 mètres cubes d’air pollué par heure et purifie l’atmosphère dans une zone de 20 mètres. La purification se fait grâce à un procédé d’ionisation positive des molécules d’air autour d’elle. Les particules ionisées sont ensuite filtrées dans la tour. A la sortie, un air plus pur est renvoyé dans le parc. C’est un outil pour créer un espace de vie plus sain, mais l’artiste souhaite surtout éveiller les consciences. Il affirme que ce dispositif est également un rappel constant des efforts à fournir pour réduire la pollution et protéger notre planète.

Daan Roosegaarde propose à la vente des bagues arborant un petit cube noir, fait avec la poudre noire obtenue par la filtration de la tour. L’inventeur hollandais ne souhaitait pas que les particules deviennent des déchets et soient oubliés. Il a alors eu l’idée de ce petit bijou fait à partir des particules de carbone aspirées par la tour et en les compressant. Une seul de ces bagues contient 1000 mètres cube de pollution (équivalent à une demi-piscine olympique). Un bijou pour nous rappeler quotidiennement des dangers causés par la pollution.

La pollution de l’air tue chaque année

En 2012, l’Organisation Mondiale de la Santé estimait à 6,5 millions le nombre de décès prématurés causés par la pollution de l’air extérieur et intérieur dans les zones urbaines et rurales. En Chine, on compterait 1,6 millions de personnes décédées chaque année à cause de la pollution. En cause principale, le trafic automobile. En 2014, il y aurait eu au moins 115,8 millions de véhicules en circulation en Chine, contre 31,8 millions en France.

La pollution de l’air est un enjeu majeur pour notre planète. Dans les villes, la diminution de la pollution passe en partie par la réduction du trafic et la transition vers des modes de production d’électricité non polluante. « Bien sur une tour et quelques vélos ne vont pas résoudre les problème de pollution de l’air en Chine, mais le vélo smog-free est une idée passionnante qui poussera les communautés vers la création de villes plus vertes » explique Roosegaarde. Dans le futur, si rien n’est fait, l’artiste imagine un monde où l’air pur serait le plus grand des luxes.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux