— felipe caparros / Shutterstock.com

Depuis son apparition, le variant britannique du SARS-CoV-2 a été source de nombreuses inquiétudes et spéculations. Nombreux sont ceux qui ont supposé que ce variant était plus mortel et plus transmissible que les autres souches du virus. Deux études ont cependant réussi à déterminer que le variant est effectivement plus transmissible, mais il n’entraîne pas plus de formes graves de la maladie.

Des résultats qui diffèrent avec les conclusions d’autres études

Deux équipes de chercheurs britanniques distinctes ont mené des études sur le B117, mieux connu comme étant le variant britannique du SARS-CoV-2. Leurs recherches ont abouti à la même conclusion : le B117 est effectivement plus transmissible que les variants originaux du Covid-19. Cependant, il ne semble pas être plus mortel ou causer des symptômes plus graves. L’une des études, publiée dans la revue The Lancet Public Health, a également signalé un faible taux de réinfection par le B117 chez ceux qui se sont rétablis d’infections antérieures au Covid-19. L’autre étude, publiée dans la revue The Lancet Infectious Diseases, a établi que le variant britannique entraîne une charge virale plus élevée chez les patients.

« De manière rassurante, nos résultats suggèrent que, bien qu’il se propage plus facilement, le variant ne modifie pas le type ou la durée des symptômes ressentis, et nous pensons que les vaccins actuels et les mesures de santé publique sont susceptibles de rester efficaces contre lui », a notamment déclaré Mark Graham, auteur principal de l’une des études, selon un rapport du Daily Mail. Si les conclusions de ces études sont rassurantes, elles doivent encore être confirmées, dans la mesure où elles contrastent avec les résultats d’autres études, dont celles publiées dans la revue Nature et la revue The BMJ.

Deux approches différentes qui ont abouti à la même conclusion

Pour en arriver à leurs conclusions, les chercheurs de la première étude – celle publiée dans The Lancet Public Health – ont analysé les données d’environ 37 000 utilisateurs d’une application de suivi des individus qui ont été testés positifs au Covid-19 entre le 28 septembre et le 27 décembre 2020. Ces données ont été combinées avec les données de surveillance de l’évolution du Covid-19 de l’UK Genetics Consortium et du Public Health England. L’objectif était d’examiner les associations entre la proportion régionale d’infection au B117 et les symptômes, la durée de la maladie, le taux de réinfection et la transmissibilité.

L’analyse des données a permis de constater que le B117 ne modifiait pas le taux de réinfection, mais que le variant a provoqué une augmentation du nombre de reproductions de base de 1,35 fois par rapport au R0 original. En ce qui concerne la seconde étude, les chercheurs ont examiné les données de 341 patients atteints admis à l’hôpital à cause du Covid-19 entre le 9 novembre et le 20 décembre 2021. Les scientifiques ont séquencé des échantillons du virus prélevés chez ces patients. Ils ont constaté que 58 % d’entre eux étaient infectés par le variant britannique et que 42 % avaient été infectés par une autre souche du virus.

Les chercheurs ont ensuite comparé la gravité des symptômes entre les deux groupes. Ils ont constaté que les patients infectés par le variant B117 ne présentaient pas un risque accru de tomber gravement malades ou de mourir par rapport aux autres malades. Les chercheurs ont également utilisé des données générées par des tests PCR utilisés sur les patients ayant participé à l’étude afin d’évaluer leur charge virale, c’est-à-dire la quantité de virus dans le nez et la gorge d’une personne. Les données ont indiqué que les échantillons qui contenaient le variant britannique avaient de plus grandes quantités de virus que les échantillons avec une autre souche du virus. À noter que ces études ont leurs limites et les chercheurs ont souligné la nécessité de poursuivre leurs recherches pour confirmer leurs conclusions.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de