— BaLL LunLa / Shutterstock.com

Les chercheurs du King’s College de Londres ont constaté que les adultes entièrement vaccinés étaient environ 50 % moins susceptibles de souffrir de Covid long en cas d’infection par le SARS-CoV-2.

Des différences significatives

Présentée dans la revue The Lancet Infectious Diseases, la nouvelle étude est basée sur les données renseignées par les utilisateurs de l’application « Zoe COVID Symptom Study », lancée début 2020 et téléchargée par plus de 4,7 millions de personnes. Les chercheurs se sont spécifiquement concentrés sur celles d’un million de sujets entièrement vaccinés ayant été infectés par le coronavirus, qui se sont révélés 49 % moins susceptibles de déclarer des symptômes pendant plus de 28 jours, par rapport aux témoins n’ayant reçu aucune injection.

L’étude a également exploré les caractéristiques des infections Covid-19 chez les personnes vaccinées. Si ces dernières présentaient des symptômes similaires, tels que la toux, la fièvre et les maux de tête, elles signalaient globalement des symptômes plus légers que les sujets non vaccinés et étaient également beaucoup moins susceptibles de présenter des symptômes multiples au cours de la première semaine d’infection.

« La vaccination limite drastiquement le risque de contracter le Covid long de deux manières », explique Tim Spector, auteur principal de l’étude. « Tout d’abord, en réduisant de huit à dix fois le risque d’apparition de symptômes, puis en divisant par deux le risque qu’une infection se transforme en Covid long, si elle se produit. Quelle que soit la durée des symptômes, nous constatons que les infections après deux doses sont également beaucoup plus légères. Les vaccins changent vraiment la donne. »

— Eve Orea / Shutterstock.com

Donner la priorité aux personnes à haut risque

De tels résultats rappellent également l’importance de recevoir une seconde dose de vaccin pour une protection efficace, en particulier chez les catégories de la population à haut risque. On a constaté que les personnes âgées fragiles couraient toujours un risque important d’infection par le Covid-19 après une dose de vaccin, et restaient deux fois plus susceptibles de contracter le virus dans le cas d’une vaccination complète.

« En ce qui concerne le fardeau d’un Covid long, nos recherches ont montré que la double vaccination réduit considérablement le risque d’être infecté par le SARS-CoV-2 et, le cas échéant, de développer des symptômes de longue durée, ce qui est une bonne nouvelle », souligne Claire Steves, co-auteure de l’étude. « Chez les adultes âgés et fragiles et chez ceux qui vivent dans des zones défavorisées, le risque reste important et il est urgent de leur donner la priorité pour une seconde injection ou une dose de rappel. »

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Hannibal Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Hannibal
Invité
Hannibal

Une étude israélienne à montré que la proportion était similaire chez les vacc et non vacc, autour de 20 %. Et c’était une étude clinique, pas un tripatouillage par sondage.