Le journal Die Welt révèle que Donald Trump tenterait de s’assurer par tous les moyens l’exclusivité d’un potentiel vaccin contre le coronavirus, sur lequel travaille actuellement le laboratoire allemand CureVac. Explications.

Quand l’administration Trump tente de s’assurer l’exclusivité d’un potentiel vaccin développé en Europe

Basée près de la ville de Tübingen, dans le sud-ouest du pays, le laboratoire CureVac redouble actuellement d’efforts afin de proposer le plus rapidement possible un vaccin contre le Covid-19. Selon ses porte-paroles, la société serait « à quelques mois seulement » de pouvoir présenter un projet pour validation, mais il s’avère que l’Allemagne a un concurrent de taille dans cette véritable course contre la montre.

Selon les informations du quotidien Die Welt, obtenues auprès de sources proches du gouvernement allemand, Donald Trump tenterait d’obtenir l’exclusivité du futur vaccin en attirant outre-Atlantique les scientifiques en étant à l’origine avec des salaires élevés, ou en obtenant un accord afin que celui-ci ne puisse être distribué qu’aux États-Unis.

Le gouvernement d’Angela Merkel, qui a récemment débloqué 140 millions d’euros afin d’accélérer les recherches, ferait actuellement son maximum afin de s’assurer que les cadres et les chercheurs de CureVac ne cèdent pas aux sirènes de l’Oncle Sam, via des contre-propositions financières.

— Nicole Glass Photography / Shutterstock.com

« Une question éthique »

« Les chercheurs allemands jouent un rôle de premier plan dans le développement de médicaments et vaccins et nous ne pouvons permettre que d’autres cherchent à se procurer l’exclusivité de leurs résultats », a déclaré Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères.

Proche de la coalition au pouvoir, le Parti social-démocrate a de son côté estimé qu’il fallait « empêcher par tous les moyens la vente exclusive d’un éventuel vaccin aux États-Unis », estimant que « le capitalisme avait ses limites » et que faire en sorte que le potentiel vaccin soit produit et distribué en Europe était avant tout « une question éthique ».

« Le vaccin doit être mis à la disposition de tous, toute solution alternative serait scandaleuse. En ces temps de pandémie, il s’agit de sauver les personnes sans distinction, et non d’America First », a par ailleurs estimé un des représentants du Parti social-démocrate allemand.

Interrogé au sujet de l’affaire ce dimanche, un représentant du gouvernement américain a de son côté estimé que cette affaire était « grandement exagérée ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de