— Bowonpat Sakaew / Shutterstock.com

Afin d’améliorer la lutte contre le choléra, responsable de dizaines de milliers de décès chaque année, des chercheurs japonais ont conçu un nouveau type de vaccin comestible, obtenu à partir de riz génétiquement modifié.

Un composé prometteur

Bien que des vaccins oraux contre le choléra existent déjà, MucoRice-CTB, présenté dans la revue The Lancet Microbe, est le premier à ne pas nécessiter de réfrigération. Celui-ci se révèle également bon marché et relativement facile à produire, les grains de riz étant transformés en une poudre devant simplement être mélangée à un liquide avant d’être ingérée. Après avoir démontré son efficacité chez l’animal, le vaccin a passé avec succès les essais cliniques de phase 1, induisant une bonne réponse immunitaire chez les 30 sujets sans engendrer d’effets secondaires notables.

Quatre doses différentes ont été administrées aux volontaires sur une période de huit semaines, tandis que 30 autres participants ont reçu des doses placebo à la place. Ceux qui ont répondu au vaccin ont produit des anticorps IgA et IgG spécifiques de la toxine B du choléra (CTB).

« Nous sommes très optimistes concernant l’avenir de notre vaccin », a déclaré Hiroshi Kiyono, immunologiste à l’université de Tokyo et auteur principal de l’étude. « Les participants ont réagi à des dosages faibles, moyens et élevés, la réponse immunitaire la plus importante ayant été observée avec la dose la plus élevée. »

Le composé est obtenu à partir de plants de riz japonais à grain court génétiquement modifiés, cultivés dans une ferme hydroponique couverte. Les plantes produisent une partie non toxique de la CTB que le système immunitaire peut repérer et à laquelle il peut répondre. Le riz ainsi obtenu est réduit en poudre et stocké dans des sachets en aluminium.

« Les corps protéiques de riz se comportent comme une capsule naturelle pour délivrer l’antigène au système immunitaire intestinal »

Lors des tests, le riz moulu a été mélangé à une solution salée pour être ingéré, mais l’eau devrait être tout aussi efficace, selon les chercheurs. Le vaccin pénètre ensuite dans l’organisme à travers les muqueuses intestinales de la même manière que le feraient des germes, déclenchant une réaction. « Les corps protéiques de riz se comportent comme une capsule naturelle pour délivrer l’antigène au système immunitaire intestinal », détaille Kiyono.

Bien que les résultats aient été prometteurs pour un grand nombre des participants à l’étude, lors des suivis effectués jusqu’à 16 semaines, 11 des 30 personnes ayant reçu le vaccin ont présenté une faible réponse immunitaire, voire aucune réponse. Selon les chercheurs, cela pourrait être dû au fait que certains types de microbes présents dans l’intestin réagissent différemment à la CTB.

Il a déjà été suggéré que les variations des bactéries intestinales peuvent limiter l’efficacité des vaccins dans les pays en développement, peut-être en raison des effets des mauvaises conditions d’hygiène sur le système digestif. Des essais plus vastes et variés (l’ensemble des volontaires étaient des hommes japonais en bonne santé) devraient permettre d’en savoir plus sur ces divergences et les éventuelles limites du vaccin.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de