— CC0 Public Domain / PXhere

Ce mardi, Twitter a admis avoir utilisé les numéros de téléphone des utilisateurs ainsi que les adresses mail dans le but de faire de la publicité ciblée. Le réseau social a présenté ses excuses et déclaré que ce problème était involontaire.

Twitter encore frappé par un scandale

C’est un nouveau scandale qui vient frapper les réseaux sociaux. Cette fois c’est à Twitter de rendre des comptes. Le réseau social a admis avoir utilisé les adresses mail et les numéros de téléphone sans le consentement des utilisateurs. Ces informations personnelles doivent uniquement permettre aux utilisateurs d’accéder à leurs comptes. Mais cette fois elle ont été utilisées pour faire de la publicité ciblée.

Ces données “ont pu être utilisées, par inadvertance, à des fins publicitaires”, a reconnu Twitter dans un communiqué en ligne. “C’était une erreur et nous présentons nos excuses.” Le réseau social n’a pas précisé combien de personnes ont été touchées par ce scandale et n’a pas non plus indiqué combien de temps cela a duré.

« Depuis le 17 septembre, nous avons résolu l’origine du problème, et nous n’utilisons plus les numéros de téléphone ni les adresses e-mail collectés à des fins de sécurité pour faire de la publicité. Aucune donnée personnelle n’a été transmise à aucun de nos partenaires », affirme Twitter. Mais alors pourquoi Twitter a attendu trois semaines pour révéler cette affaire ?

Les réseaux sociaux perdent la confiance des utilisateurs

Cette affaire survient dans un contexte où le respect des données personnelles est devenu un sujet brûlant pour les réseaux sociaux. De nombreux scandales ont déjà affaibli la confiance du public envers Facebook et Twitter.

En effet, ce n’est pas le premier problème que rencontre Twitter. L’année dernière, le réseau social avait admis avoir stocké des mots de passe en clair. Il y a quelques mois, Twitter a été victime d’une fuite de données de localisation de ses utilisateurs. Plus tard, la plateforme a aussi rencontré un problème de fuites de numéros de téléphone. Twitter était au courant de ce dernier souci depuis deux ans lorsqu’il l’a révélé.

L’affaire de Twitter rappelle celle qui avait frappé Facebook il y a un an. Une enquête avait révélé que la plateforme avait aussi utilisé des données qui servaient à la sécurité des comptes dans le but de faire de la publicité ciblée. Facebook a été condamné à payer une amende de 5 milliards de dollars.

En septembre 2018, 50 millions de comptes Facebook ont été piratés. Facebook aurait également favorisé la discrimination à l’embauche avec des options de ciblages publicitaires.
Des entreprises affichaient des offres d’emploi sur la plateforme, en utilisant les outils de ciblage du réseau social afin d’empêcher les personnes âgées ou les femmes de consulter leurs offres d’emploi.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de