― Ink Drop / Shutterstock.com

Pendant les élections présidentielles américaines, les différents réseaux sociaux se sont mobilisés pour lutter contre les fake news. Twitter rapporte qu’il a épinglé 300 000 tweets jugés potentiellement trompeurs en l’espace de deux semaines, ce qui équivaut à 0,2 % de l’ensemble des messages publiés sur le réseau concernant ce sujet.

« Dans la perspective des élections de 2020, nous avons considérablement amélioré nos politiques pour protéger l’intégrité des élections. Plus particulièrement, cette année, nous avons mis à jour notre politique d’intégrité civique afin d’appliquer de manière plus complète l’étiquetage ou la suppression des informations fausses et trompeuses », a déclaré Jack Dorsey, le PDG de Twitter, au cours d’une audience du Comité judiciaire du Sénat concernant l’influence des médias sociaux sur la politique.

Les tweets en question ont été épinglés une semaine avant et une semaine après l’élection présidentielle du 3 novembre dernier. Sur la totalité des tweets signalés, 456 ont été interdits de partage, de commentaire et de mention j’aime, a précisé Vijaya Gadde, la responsable juridique et politique de Twitter. Cette dernière rapporte que 74 % des utilisateurs ayant vu ces tweets sur la plateforme les ont vus après l’ajout du message d’avertissement. Leur partage a par conséquent diminué d’environ 29 %.

Le réseau social indique qu’il a également publié des messages préventifs sur la page d’accueil de ses abonnés localisés aux États-Unis. Ceux-ci ont été vus 389 millions de fois. Ils auraient « rappelé aux internautes que les résultats des élections étaient susceptibles d’être retardés et que le vote par courrier était sûr et légitime », a ajouté Vijaya Gadde.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de