— fizkes / Shutterstock.com

Des chercheurs suédois ont identifié une molécule aidant à stimuler la croissance de nouvelles cellules productrices d’insuline, ouvrant la voie à de nouveaux traitements potentiels du diabète.

Stimuler la production de nouvelles cellules bêta

Le diabète se caractérise par un dérèglement de la production d’insuline, hormone régulant le taux de glucose dans le sang et permettant aux cellules de l’organisme de l’utiliser comme source d’énergie. Dans le cas du diabète de type 1, le système immunitaire s’attaque aux cellules bêta du pancréas, fabriquant normalement l’insuline, et les détruit. Ce qui se traduit par une production insuffisante de l’hormone pour répondre à cette demande.

Si le traitement de cette forme repose actuellement sur des injections régulières d’insuline, de nouvelles approches visent à rétablir une production normale de cette dernière, via la conversion des cellules alpha en cellules bêta, ou en utilisant des cellules souches pour en produire de nouvelles.

Pour cette nouvelle étude parue dans la revue Nature Chemical Biology, des chercheurs du Karolinska Institutet ont examiné une petite molécule qui pourrait aider à régénérer les cellules bêta. Connue sous le nom de CID661578, celle-ci avait été identifiée lors de travaux antérieurs, mais son mode d’action et son influence demeuraient largement obscurs.

— nobeastsofierce / Shutterstock.com

Afin de le découvrir, l’équipe a examiné ses interactions moléculaires dans des cellules de levure. Il s’est avéré que CID661578 se liait à une protéine appelée MNK2, ce qui permettait à deux autres protéines d’interagir à des niveaux plus élevés, améliorant significativement la régénération des cellules bêta.

Des premiers résultats prometteurs

Si des expériences menées sur des poissons-zèbres ont montré que la molécule entraînait une réduction significative de la glycémie, celle-ci a déclenché la formation de nouvelles cellules bêta dans des cellules de pancréas de porc cultivées en laboratoire, et augmenté la production d’insuline d’organoïdes de pancréas humain.

« Nos résultats indiquent une nouvelle cible potentielle pour le traitement du diabète, dans la mesure où nous démontrons un moyen possible de stimuler la formation de nouvelles cellules productrices d’insuline », estime Olov Andersson, auteur principal de l’étude.

Pour les scientifiques suédois, la prochaine étape consistera à étudier l’effet de CID661578 et de molécules similaires dans les tissus humains et à analyser sa protéine cible, MNK2, dans les tissus de donneurs sains et atteints de diabète.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments