— Maridav / Shutterstock.com

Décembre 2019, le Covid-19, ou coronavirus, est apparu sur le territoire chinois. Depuis, de plus en plus de cas sont recensés à travers le monde. Le Covid-19 provoque des symptômes allant d’un rhume banal à de sévères infections pulmonaires, pouvant provoquer une détresse respiratoire aiguë. Mais depuis quelques jours, il serait possible de traiter les infections pulmonaires avec un traitement utilisé contre le paludisme.

Ce traitement contre le paludisme pourrait-il aider contre le coronavirus ?

Selon une étude chinoise, la chloroquine, un médicament antipaludique, serait efficace pour traiter les symptômes du coronavirus. En effet, ce traitement « banal » aurait montré son efficacité selon trois chercheurs chinois qui ont publié leurs travaux dans la revue BioScience Trends. Ce traitement a été donné à plusieurs patients atteints du Covid-19, dans les hôpitaux de Wuhan, Shanghai et Beijing. « Les résultats obtenus jusqu’à présent sur plus de 100 patients ont démontré que le phosphate de chloroquine était plus efficace que le traitement reçu par le groupe comparatif pour contenir l’évolution de la pneumonie, pour améliorer l’état des poumons, pour que le patient redevienne négatif au virus et pour raccourcir la durée de la maladie », déclarent les chercheurs chinois.

De plus, le professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection à Marseille, confirme les résultats de l’étude chinoise. « Nous savions déjà que la chloroquine était efficace in vitro contre ce nouveau coronavirus et l’évaluation clinique faite en Chine l’a confirmé. » Selon l’étude, il suffirait d’un traitement de 500 mg de chloroquine deux fois par jour et pendant 10 jours, l’antipaludique soignerait les pneumonies liées au Covid-19.

Les scientifiques préfèrent rester prudents

Toujours selon l’article publié sur BioScience Trends, les chercheurs chinois insistent : « La chloroquine est un médicament peu cher et sans danger, utilisé depuis plus de 70 ans. » Cependant, même si la chloroquine reste un médicament plutôt bien toléré, il existe certains effets secondaires tels que des douleurs gastriques, des nausées, des vomissements ou encore des maux de tête. Dans certains cas, il arrive même que des personnes aient des soucis de cécité. Mais cela arrive qu’en cas de traitement au long cours, sur plusieurs années. Il existe un autre risque : celui d’une intoxication aiguë. Elle pourrait provoquer des problèmes cardiaques ou respiratoires, et la dose conseillée par les trois chercheurs chinois est à la limite de la zone à risque, soit 20 mg/kg/jour, selon le Vidal.

Néanmoins, les scientifiques préfèrent rester prudents et faire d’autres études. « Nous voulons mettre sur pied un essai clinique en France pour tester la chloroquine sur les patients infectés par des coronavirus déjà connus et qui circulent chaque année en France – sans que personne ne s’en soucie vraiment d’ailleurs. Pourtant, depuis le début de l’année, nous avons diagnostiqué 500 patients atteints de ces autres coronavirus, dont deux sont décédés. C’est sur ces profils que je veux tester cette stratégie désormais« , déclare le professeur Didier Raoult.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
First
Invité
First

La quinine est aussi antipaludique.Elle est présente dans le Schweppes!