Ce train autonome inédit vient d’effectuer son premier trajet

Après les voitures et les drones, voici désormais les trains autonomes. La compagnie minière Rio Tinto a en effet réussi l’exploit de faire effectuer à son train autonome un trajet complet dans l’ouest de l’Australie. 

Après les voitures autonomes, le train

Si Tesla Motors est un pionnier en matière de véhicules autonomes, Rio Tinto veut s’imposer en tant que fondateur des trains sans chauffeur. L’entreprise minière anglo-australienne, fondée en 1873, peut en effet se targuer de délivrer au monde le premier train totalement autonome.

Le train australien a en effet effectué une course de 100 kilomètres dans l’ouest du pays. Dans un communiqué de presse, le directeur général de la société Chris Salisbury a déclaré : « Ce trajet réussi nous met sur la voie du transport autonome de charges lourdes, sur de longues distances ». Il ajoute : « Rio Tinto est fier d’être un leader dans l’innovation de l’industrie minière […] Elle délivre des avantages compétitifs à long terme et nous permet de construire les mines du futur ».

Après l’Australie, la France ?

L’entreprise Rio Tinto utilise cette technologie depuis début 2017 : 50 % des trains sont en effet autonomes, mais des conducteurs sont toujours présents pour contrer le moindre risque d’accident. Ce train sans chauffeur constitue une première mondiale dans les trajets à longue distance.

En France, quelques lignes de métro parisien sont autonomes, comme la 14. Mais les trajets à longue distance se font constamment avec un chauffeur. La SNCF a cependant publié un article le 16 juin 2017 concernant son intention de mettre en place des trains autonomes. Les premières expérimentations de la compagnie française pourraient s’effectuer dès 2019 avec un « train de fret télécommandé », et se poursuivre en 2021 avec des TER « partiellement automatisés ». Le train autonome s’établirait donc dans un futur très proche.

A Paris, les lignes 1 et 14 du métro sont autonomes.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux