— Gyuszko-Photo / Shutterstock.com

Nous sommes à une époque où les préoccupations environnementales entrent de plus en plus dans la conception de nombreux aspects de notre vie. Les routes entrent également en compte, et des ingénieurs allemands ont eu l’idée de rentabiliser énergétiquement les autoroutes en y installant des toits solaires.

Un projet soumis à un grand nombre de contraintes

Une équipe de recherche de l’Institut autrichien de technologie, Fraunhofer ISE et Forster Industrietechnik a développé un concept innovant et écologique d’autoroutes équipé de toits à système photovoltaïque dans le cadre du projet pilote PV-SÜD. Ce système est très judicieux, dans la mesure où il va permettre de produire durablement de l’électricité en exploitant des infrastructures qui existent déjà. Ainsi, l’espace occupé par ces infrastructures n’est pas gaspillé puisqu’elles seront mises à profit pour de multiples usages, incluant des projets de développement durable.

Pour l’instant, les scientifiques étudient la faisabilité du concept. En effet, l’objectif principal du projet est actuellement de savoir comment une telle toiture pourra ajouter de la valeur au réseau routier au-delà de la production d’électricité. Les chercheurs veulent notamment savoir s’il peut également être intégré dans la routine d’entretien et de soins habituels des autoroutes. Cela concerne, entre autres, la manière dont le déneigement et le nettoyage de la route et du système solaire pourraient être combinés. Par ailleurs, il est également important de prendre en compte les coûts de réparation dans le cas où les toits photovoltaïques sont endommagés par des accidents de la route.

En effet, la sécurité routière est un point très important à prendre en compte pour évaluer la viabilité du projet. À tout cela s’ajoutent également d’autres études de faisabilité technique, pratique et économique du concept. Cela concerne entre autres des détails comme le drainage, l’influence des charges de vent et de neige, ou encore la stabilité et la résistance aux chocs. Bien évidemment, le choix des modules photovoltaïques est également à prendre en compte. Les chercheurs veulent également savoir de quelle manière les toits solaires pourraient aider à protéger la route des surchauffes et des précipitations. Et enfin, il faut également trouver une solution pour la pollution sonore engendrée par l’installation, a rapporté la revue allemande PV Magazine.

Un projet à potentiel élevé, malgré les contraintes

Pour l’instant, des projets de grande envergure ne sont donc pas prévus pour le concept. Quoi qu’il en soit, un projet test est actuellement en cours. À cet effet, l’autoroute A4 en Allemagne sera équipée d’un toit photovoltaïque sur une portion de 10 kilomètres. Ce test devrait coûter 277 millions d’euros et permettra de produire 40 millions de kWh d’énergie par an, a rapporté Labor3. Dans le cadre de ce projet test nommé A4-KW, les chercheurs équiperont le tronçon d’essai d’une technologie de mesure étendue pour collecter les données afin de savoir si une telle construction peut répondre aux diverses exigences du réseau routier.

Bien que le potentiel du projet ne soit actuellement que théorique, cela représente tout de même une grande opportunité à saisir, dans la mesure où l’Allemagne comptabilise environ 13 000 km de réseau autoroutier. L’importance du projet est également évidente dans la mesure où trois institutions gouvernementales de l’Allemagne, de l’Autriche et de la Suisse ont décidé de le cofinancer. Les commanditaires du projet espèrent que les connaissances acquises dans les premières phases de recherches sur les routes à toits photovoltaïques permettront d’aider dans la transition énergétique des trois pays.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
MÉRIC Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
MÉRIC
Invité
MÉRIC

Mais pourquoi ne pas intégrer directement les panneaux dans la route à la place du bitume, il me semble que ça existe déjà !