En Thaïlande, un dauphin-pilote est mort après avoir ingurgité 80 sacs plastiques…

La pollution plastique ne cesse de faire des ravages dans les océans. Sa nouvelle victime, un globicéphale retrouvé à la frontière de la Malaise et la Thaïlande. Malgré les tentatives des secours, le mammifère est mort après avoir ingurgité 80 sacs plastiques.

 

8 kilos de plastique dans l’estomac

Le plastique est un fléau pour les espèces marines. Ce dauphin-pilote en a fait les frais. Il s’est retrouvé avec 8 kilogrammes de plastique dans l’estomac. Des sauveteurs ont pourtant tenté de l’opérer pour le sortir de cette situation critique, en vain.

Le ministère de la Marine et des ressources côtières a annoncé sa mort sur le réseau social Facebook : « Une équipe de vétérinaires a essayé de le sauver, mais finalement le globicéphale est mort ».

Avant de succomber, le dauphin-pilote a vomi cinq sacs plastiques lors de l’opération. Cette histoire n’est pas sans rappeler celle d’un cachalot retrouvé sur la côte espagnole avec 29 kilos de plastique dans l’estomac. Ces deux mammifères ne sont bien entendu pas les seuls à souffrir de la pollution plastique : toute la population marine est concernée par ce désastre écologique. Les animaux ingèrent le plastique ou s’emmêlent dedans, souvent jusqu’à la mort.

 

La pollution plastique fatale pour les animaux marins

La Chine, l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande et le Viêtnam rejettent chaque année plus de quatre millions de tonnes de plastique dans les mers du monde comme l’affirme l’ONG Ocean Conservancy. Thon Thamrongnawasawat, biologiste et conférencier à l’université de Kasetsart à Bangkok, a indiqué à l’AFP la mort de quelque 300 animaux marins comme des baleines, des dauphins et des tortues de mer, chaque année dans les eaux thaïlandaises après avoir mangé du plastique.

« Notre monde est envahi par les déchets plastiques nocifs. Si la tendance actuelle continue, il y aura en 2050 plus de plastiques que de poissons dans les océans », a expliqué le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors de la journée mondiale de l’environnement ce mardi 5 juin.

Chaque année, à cause de cette pollution, plus d’un million d’oiseaux de mer et 100 000 mammifères marins meurent en absorbant des déchets plastiques humains selon l’ONU. La population mondiale utilise 500 milliards de sacs en plastique par an, dont la moitié correspond à un usage unique ou jetable. Ces produits sont pourtant « responsables de la pollution des océans et représentent une menace pour la santé », comme l’explique António Guterres.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux