textile
Image d’illustration — b.asia / Shutterstock.com

Des chercheurs britanniques ont mis au point un nouveau type de textile intégrant plus d’un millier de cellules solaires miniatures, capables de recharger une smartwatch ou un téléphone portable.

Station de recharge textile

Cet e-textile tissé imaginé par une équipe de l’université de Nottingham Trent comprend quelque 1 200 cellules photovoltaïques, pouvant générer près de 400 milliwatts d’énergie. Facilement intégrable à un vêtement ou un accessoire (sac à dos), il s’avère particulièrement résistant et peut être lavé en machine à 40 °C. Ne mesurant que cinq millimètres de long pour 1,5 de large, les minuscules cellules solaires qui le composent sont encapsulées dans une résine polymère imperméable et se révèlent imperceptibles pour le porteur.

« Le matériau que nous avons mis au point se comporte de la même manière que n’importe quel textile ordinaire, il peut être froissé et lavé en machine », souligne le Dr Hughes-Riley, qui a supervisé les travaux. « Mais sous sa surface se cache un réseau de plus d’un millier de minuscules cellules photovoltaïques capables d’exploiter l’énergie solaire pour charger de petits appareils électroniques. »

Selon le chercheur, ce prototype offre un aperçu de la façon dont smartphones et appareils intelligents pourront être rechargés dans un futur proche, en se passant des traditionnelles prises murales. « Il s’agit d’un développement passionnant s’appuyant sur nos précédents travaux, qui pourrait être mis à l’échelle pour produire davantage d’énergie », ajoute-t-il.

Un matériau respirant et chimiquement stable

Le matériau s’avère également respirant et chimiquement stable, étant donné que l’ensemble des mini-cellules solaires qu’il intègre sont fabriquées à partir de silicium. Différents tests ont montré qu’il pouvait générer jusqu’à 335,3 mWatts dans des conditions d’ensoleillement modérées (0,86) et jusqu’à 394 mWatts sous le soleil de midi (1,0).

« Ce projet montre que les e-textiles peuvent être à l’avant-garde en matière de durabilité et qu’ils ont le potentiel de remodeler nos conceptions actuelles de la technologie », estime Matholo Kgatuke de l’école d’art et de design de Nottingham. « Nous avons combiné des techniques de tissage établies de longue date avec des technologies modernes pour créer des produits qui pourraient changer la perception que les gens ont des vêtements et de l’électronique. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments