— © Anna Gittelson / Roni Cnaani

Des chercheurs américains ont réalisé une percée importante dans le domaine des textiles intelligents, avec la mise au point d’une fibre numérique capable de stocker et de traiter des informations.

Une nouvelle étape

Dans le cadre de travaux récemment présentés dans la revue Nature Communications, Yoel Fink et ses collègues du MIT ont créé le premier textile numérique (où des bits d’information peuvent être codés et traités sous forme de 0 et de 1), en incorporant des centaines de minuscules puces en silicium dans une fibre polymère. En contrôlant soigneusement le processus de fabrication, l’équipe a ainsi pu créer une fibre de plusieurs dizaines de mètres de long, se révélant suffisamment fine pour être passée dans le chas d’une aiguille ordinaire et être intégrée à des tissus classiques.

« Lorsque vous la mettez dans une chemise, vous ne la sentez pas du tout », souligne Fink, précisant que la fibre peut également subir dix cycles de lavage sans se détériorer.

Les scientifiques ont démontré le caractère fonctionnel de leur fibre numérique en y écrivant, stockant et lisant des informations, notamment un fichier vidéo en couleurs de 767 kilobits et un fichier musical de 0,48 mégaoctet, qui pouvaient tous deux être stockés pendant deux mois sans alimentation. Un réseau neuronal composé de 1 650 connexions a également été intégré à sa mémoire.

La première fibre textile numérique est capable de collecter, stocker et analyser des données à l’aide d’un réseau neuronal — © Anna Gittelson / Roni Cnaani

Cousue à la partie inférieure de la manche d’une chemise, la fibre numérique a recueilli 270 minutes de données relatives à la température corporelle de son porteur, et a même été en mesure de relier les niveaux de sueur émis aux différentes activités physiques pratiquées avec une précision de 96 %.

Vers un meilleur suivi de notre santé

Selon l’équipe, les tissus dotés de ce type de fonctionnalité pourraient être utilisés pour la surveillance de notre santé à plus long terme, via la collecte en temps réel de données permettant notamment de mettre en évidence un rythme cardiaque irrégulier ou une fonction respiratoire amoindrie. Dans les mois qui viennent, les scientifiques prévoient de continuer à améliorer la fibre et d’élargir ses possibilités d’utilisation. Les prochaines étapes consistant à incorporer un microcontrôleur pour remplacer le dispositif externe actuellement utilisé pour la contrôler.

« Ce travail présente la première réalisation d’un tissu avec la capacité de stocker et de traiter des données numériquement, ajoutant une nouvelle dimension de contenu d’information aux textiles et permettant de programmer littéralement les tissus », conclut Fink.

Il y a quelques semaines, des chercheurs chinois s’étaient également illustrés dans le domaine des textiles high-tech en dévoilant un matériau multi-couche réversible, capable d’augmenter et d’abaisser la température de la peau de plusieurs degrés.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
moukamiel60 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
moukamiel60
Membre
moukamiel60

Il va être possible de recycler ses chaussettes ! Lol.