asteroide-nasa
— © NASA / Johns Hopkins APL / Steve Gribben

Dans une tentative historique visant à évaluer notre capacité à détourner des astéroïdes représentant une menace pour la Terre, la sonde DART de l’Agence spatiale américaine s’est écrasée à haute vitesse sur l’astéroïde Dimorphos.

Un test historique

La mission DART (Double Asteroid Redirection Test) vise à modifier l’orbite de Dimorphos autour de son grand frère, Didymos. Ne représentant aucun risque pour notre planète, cet astéroïde double situé à environ 11 millions de kilomètres de la Terre constitue le candidat idéal pour tester l’efficacité d’une telle approche.

Lancée en novembre dernier, la sonde DART a conclu son voyage de dix mois de manière spectaculaire, s’approchant de sa cible à des vitesses supérieures à 22 500 km/h. Environ 20 minutes avant l’impact, le centre de contrôle de la mission a célébré une étape importante en confirmant que la sonde était « verrouillée avec précision » sur Dimorphos.

À environ 5 minutes de celui-ci, l’équipe ne pouvait plus envoyer de commandes à l’engin spatial. Utilisant les images de l’astéroïde en temps réel pour le guider de manière autonome vers sa cible, les systèmes de navigation que ce dernier embarquait ont alors pris le relai. Si la transmission des images précédant l’impact s’est trouvée perturbée, la surface de Dimorphos, de plus en plus grande à l’écran, indiquait clairement que l’engin suivait la trajectoire prévue.

Le centre de contrôle a éclaté de joie lorsque le signal a été perdu, confirmant l’impact avec l’astéroïde et la destruction du vaisseau spatial. Ces images rapprochées seront récupérées et étudiées dans les jours et les semaines à venir afin de mieux comprendre la composition de l’astéroïde.

Des effets suvis de près

Quant à savoir dans quelle mesure DART a pu faire dévier Dimorphos de sa trajectoire, il s’agira d’un projet scientifique à long terme, facilité par un satellite CubeSat déployé il y a quinze jours pour suivre l’événement, et par des télescopes au sol. Ces observatoires surveilleront le système d’astéroïdes doubles pour mesurer précisément l’orbite résultante de Dimorphos, qui devrait être raccourcie de plusieurs minutes.

En 2024, l’Agence spatiale européenne lancera également un autre engin spatial vers un système astéroïdal binaire, afin d’étudier de près les effets de l’impact de l’EICC.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments