impression 3D
Image d’illustration — BLACKDAY / Shutterstock.com

Bien que l’impression 3D ne cesse de s’améliorer, elle est toujours limitée par des temps d’impression relativement longs et une faible résolution. Une nouvelle technique utilisant simultanément plusieurs petites buses d’impression au lieu d’une seule grande pourrait y remédier.

La fabrication par filament fusionné multiplexé

Dans une imprimante 3D FDM (modélisation par dépôt de matière fondue) classique, le plastique ou la résine en fusion est extrudé via une seule buse, ce qui permet de créer un objet tridimensionnel à l’aide de couches successives qui se lient les unes aux autres en refroidissant. Tout au long du processus d’impression, la buse est déplacée sur le lit d’impression par une structure connue sous le nom de « portique ».

Inutile de dire que l’impression de grands objets de cette manière peut prendre beaucoup de temps. Il est possible d’accélérer le processus en utilisant une buse plus grande, ce qui permet de déposer plus de matériau à la fois, mais cela se traduit par des couches individuelles de matériau plus grandes, donnant à l’objet fini un aspect plus grossier.

C’est précisément ici qu’intervient la nouvelle approche, appelée « fabrication par filament fusionné multiplexé » (MF3). Développée par une équipe de l’université Rutgers, celle-ci repose sur l’utilisation de plusieurs petites buses, toutes montées sur un seul et même portique.

Technique impression 3d
— FrameStockFootages / Shutterstock.com

Lorsqu’il se déplace, chaque buse extrude ou retient indépendamment le matériau, en fonction de son emplacement par rapport à l’objet à imprimer, impliquant que différentes sections soient imprimées simultanément, à partir de couches relativement fines de matériau. Ainsi, l’objet est imprimé plus rapidement tout en conservant une résolution élevée.

Une technologie prometteuse

« Notre technologie repose sur un logiciel spécifiquement développé pour contrôler indépendamment le dépôt de matériau pour chacune des buses, même si celles-ci suivent la même trajectoire », explique Jeremy Cleeman, auteur principal de l’étude, publiée dans la revue Additive Manufacturing. « En réglant une variété de paramètres, nous pouvons nous assurer que le filament déposé se liera correctement au filament précédemment refroidi qui est adjacent. »

En plus d’être utilisée pour imprimer des objets uniques de grande taille, la MF3 peut également imprimer plusieurs petits objets simultanément. Par ailleurs, si l’une de ses buses tombe en panne, le logiciel adapte le processus d’impression afin qu’une ou plusieurs autres buses puissent prendre le relais et terminer l’objet.

Si la fabrication par filament fusionné multiplexé promet de bouleverser le secteur de limpression 3D, il ne s’agit pas de la seule technologie émergente dans le domaine. Ces derniers mois, des procédés permettant de fabriquer des objets en quelques secondes ou d’obtenir des robots en une seule étape ont notamment été dévoilés.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments