― Antonio Viesa / Shutterstock.com

Le mégalodon ou Otodus megalodon est une espèce éteinte de requin d’une très grande taille ayant vécu entre 15 et 3,6 millions d’années. Mesurant jusqu’à vingt mètres de long, il était présent dans les quatre coins du monde. Aujourd’hui, une équipe de chercheurs indique que la taille de la créature marine variait en fonction de la température de l’eau dans laquelle il vivait.

Les plus grands mégalodons vivaient dans les eaux les plus fraîches

Comme le mégalodon n’existe plus à notre époque, les connaissances des scientifiques sur cet animal reposent sur l’analyse de leurs fossiles, à savoir quelques dents et des os de vertèbres. C’est par ailleurs lors d’un réexamen de quelques archives fossiles que les chercheurs sont parvenus à cette nouvelle conclusion.

Les scientifiques indiquent dans cette nouvelle étude que les mégalodons qui vivaient dans des eaux fraîches étaient plus grands que ceux qui vivaient dans des eaux plus chaudes. Ainsi, les mégalodons qui atteignaient 18 à 20 mètres de long évoluaient sans doute dans les eaux les plus fraîches de la planète.

« Notre étude montre que les localités fournissant des dents plus petites peuvent plutôt être le produit de requins individuels atteignant des tailles corporelles globales plus petites simplement en raison d’une eau plus chaude », ont indiqué les chercheurs dans un communiqué.

— Herschel Hoffmeyer / Shutterstock.com

La règle de Bergmann

Ces résultats suggèrent que la règle de Bergmann s’applique également aux mégalodons, alors que celle-ci ne s’applique normalement pas aux requins. « Nos résultats suggèrent un modèle de taille corporelle jusqu’alors non reconnu pour ce requin fossile, notamment suivant un modèle écologique basé sur la géographie, connu sous le nom de règle de Bergmann », a indiqué Kenshu Shimada, auteur de l’étude.

Nommée d’après le biologiste allemand du 19e siècle Carl Bergmann, cette règle stipule que les animaux de plus grande taille se trouvent dans des environnements plus froids, tandis que ceux de plus petite taille se trouvent dans les régions plus chaudes. Elle explique que les animaux de grande taille prospèrent dans les environnements avec un climat plus frais, car leur taille aide à retenir la chaleur plus efficacement que les animaux d’une plus petite taille.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments