syndrome-alice

Le syndrome d’Alice au pays des merveilles est un trouble neurologique qui laisse les scientifiques perplexes depuis des années. En raison de sa rareté et de sa complexité, de nombreux mystères persistent ainsi sur cette maladie. Mais des chercheurs ont peut-être enfin identifié les origines cérébrales de ce trouble.

Qu’est-ce que le syndrome d’Alice au pays des merveilles ?

Le syndrome d’Alice au pays des merveilles est une maladie neurologique caractérisée par des distorsions perceptuelles qui peuvent affecter la perception de l’espace, du temps et de l’image corporelle. Les personnes atteintes de cette maladie peuvent ainsi vivre des épisodes dans lesquels les objets semblent plus grands ou plus petits qu’ils ne le sont réellement, ou encore des épisodes où le temps semble s’accélérer ou ralentir. Dans d’autres cas, leur propre corps peut sembler disproportionné ou détaché de leur perception de soi.

Le syndrome doit son nom au célèbre roman de Lewis Carroll Les Aventures d’Alice au pays des merveilles, car il partage des similitudes avec les expériences d’Alice en matière de distorsions de taille et de perceptions surréalistes. Il s’agit d’une maladie rare avec moins de 200 cas enregistrés dans la littérature médicale. Cela explique notamment le fait que de nombreux paramètres inconnus persistent sur cette maladie.

En effet, la cause exacte du syndrome d’Alice au pays des merveilles reste à ce jour incertaine, mais elle est souvent associée aux migraines, à l’épilepsie, aux infections virales et à d’autres troubles neurologiques. Également appelé syndrome de Todd, on pense que les perturbations dans le fonctionnement de certaines régions du cerveau responsables du traitement des informations sensorielles et de la conscience spatiale contribuent aux symptômes de la maladie.

Un premier pas dans la compréhension du syndrome d’Alice au pays des merveilles

Une nouvelle étude prépubliée dans la revue en ligne medRxiv a exploré plus en profondeur ces perturbations cérébrales. Pour ce faire, les chercheurs ont cartographié le circuit cérébral de 37 personnes atteintes du syndrome d’Alice au pays des merveilles. Les résultats des analyses ont été comparés avec ceux de 1 000 personnes en bonne santé, de 1 073 personnes ayant des lésions associées à 25 troubles neuropsychiatriques différents. Cela a permis de constater que même si les lésions cérébrales individuelles liées au syndrome d’Alice au pays des merveilles variaient dans leur emplacement, plus de 85 % d’entre elles étaient connectées à deux pôles spécifiques du cerveau.

Il s’agissait d’une sous-partie du cortex visuel et du lobe pariétal inférieur gauche. Ces parties du cerveau sont impliquées dans la perception corporelle et dans le traitement de la taille et de l’échelle des objets perçus. L’étude a permis de constater que ces modèles de connectivités étaient spécifiques au syndrome d’Alice au pays des merveilles. Pour l’instant, l’étude est en attente d’une validation par les pairs, mais certains experts estiment déjà qu’elle apporte de nouvelles informations importantes sur le syndrome d’Alice au pays des merveilles.

Par ailleurs, voici 10 maladies étranges dont vous n’auriez jamais soupçonné l’existence.

S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
MurieLandes
MurieLandes
16 jours

Je pense que beaucoup de personnes ont ce genre de sensation, ou les choses ont l’air plus petit ou plus grand. Celà m’arrive fréquement, mais un millième de seconde. Je ne m’inquiète pas pour ça. Ce qui serait inquiètant, c’est si ça durait des heures. Pour les scientifiques, le fonctionnement… Lire la suite »