La plus vaste et longue étude de suivi menée à ce jour sur les effets durables du Covid-19 a révélé que deux tiers des patients admis à l’hôpital présentaient au moins un symptôme persistant six mois après avoir contracté la maladie.

Un aperçu sans précédent du « Covid longue durée »

Pendant une grande partie de l’année 2020, les médecins ont constaté que certains patients ayant contracté le virus présentaient des symptômes persistants au-delà des quelques semaines suivant l’infection initiale. Connue sous le nom de « Covid longue durée », cette condition a fait l’objet de différentes recherches, mais compte tenu de la nature fondamentalement nouvelle de la maladie, il n’existait jusqu’à présent pas de données cliniques permettant de savoir précisément quelle proportion de sujets était concernée.

Publiée dans la revue The Lancet, cette nouvelle analyse ayant porté sur 1 733 patients hospitalisés à Wuhan et suivis pendant au moins six mois représente à ce jour le plus large aperçu des effets durables de la maladie.

« Parce que le Covid-19 est une maladie extrêmement récente, nous commençons seulement à comprendre certains de ses effets à long terme sur la santé des patients », explique Bin Cao, auteur principal de l’étude. « Notre analyse indique que la plupart des patients continuent à vivre avec certains des effets du virus après avoir quitté l’hôpital, et met en évidence la nécessité d’un suivi médical étroit à long terme, en particulier pour ceux ayant souffert d’une forme sévère de la maladie. »

— TZIDO SUN / Shutterstock.com

Des effets persistants chez une grande majorité de patients

Environ 76 % des patients ont déclaré souffrir d’au moins un symptôme persistant à l’issue d’une période de six mois. Le problème durable le plus fréquent étant la fatigue ou la faiblesse musculaire, signalé par 63 % de l’ensemble des sujets. Tandis qu’environ un quart de la cohorte a également fait état de troubles du sommeil, d’anxiété ou de dépression.

Un sous-ensemble plus restreint de la cohorte a subi des examens pulmonaires complets et il s’est avéré que plus de la moitié des sujets présentaient des anomalies thoraciques persistantes, avec un degré d’atteinte pulmonaire stable au bout de six mois en corrélation avec la gravité de la maladie lors de la phase initiale de l’infection.

Il convient toutefois de souligner que cette nouvelle analyse se limite aux patients hospitalisés et n’offre donc pas d’indications sur les effets durables de la maladie pour les cas plus bénins. Ce qui souligne selon ses auteurs la nécessité de mener des études de suivi plus longues au sein de populations plus importantes.

― Mark_Kostich / Shutterstock.com

« Il apparait déjà clairement que les symptômes à long terme sont courants »

Si l’impact à long terme du Covid-19 devrait se préciser avec le temps, de nombreux experts estiment d’ores et déjà que ses retombées sur la santé publique ainsi que sur la famille et les relations sociales persisteront pendant des années, voire des décennies.

« Avec tout ce qui s’est passé l’année dernière, nous devrons distinguer les effets du virus lui-même de ceux qui pourraient être la conséquence de la perturbation sociale massive provoquée par cette pandémie », estime Frances Williams, du King’s College de Londres.

— Deman / Shutterstock.com

« Il apparait déjà clairement que les symptômes à long terme sont courants, et des recherches pour établir l’ensemble des causes du Covid longue durée et identifier des traitements potentiels seront probablement nécessaires longtemps après que l’épidémie elle-même se sera calmée. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de