Johnny Depp dans Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street, de Tim Burton — © Warner Bros. France / Allociné

Le film de Tim Burton, Sweeney Todd, est de façon très étonnante inspiré d’un fait divers qui se serait passé à Paris dans les années 1380, plus connu sous le nom de « L’affaire de la rue des Marmousets ». Elle implique un barbier et un pâtissier sadiques, qui s’associèrent pour commettre les pires atrocités.

La rue des Marmousets se trouvait à l’époque sur l’Ile de la Cité, à la place de l’actuel Hôtel-Dieu. Le barbier et son voisin le pâtissier s’étaient associés de la pire des façons : l’un tranchait la gorge des clients venus se faire tailler la barbe (ses victimes étaient principalement des étudiants) et l’autre récupérait les corps afin d’en faire des pâtés en croûte. Ceux-ci étaient apparemment délicieux, la boutique avait un grand succès et il paraît que même le roi Charles VI raffolait de ces pâtés, sans savoir vraiment ce qu’il y avait dedans. Un prieur de Saint-Germain-des-Prés, nommé Jacques du Breul, a chroniqué cette histoire près de trois siècles plus tard, en 1612, et disait que « la chair de l’homme est plus délicate, à cause de la nourriture, que celle des autres animaux ».

Ils ont accompli leurs méfaits pendant un certain temps, jusqu’à ce qu’ils soient arrêtés après la tentative de meurtre d’un étudiant. Ce dernier voulait seulement se faire tailler la barbe mais faillit se faire trancher la gorge. Il réussit à s’échapper puis prévint l’ancêtre de la police, la « maréchaussée », qui avait alors découvert l’entreprise macabre de ces deux criminels. Mais une autre source diffère quant à la découverte de leurs atrocités. Cette seconde source déclare que les deux hommes ont été découverts suite aux aboiements incessants du chien d’une des victimes devant l’échoppe, jusqu’à ce que la maréchaussée entre.

Après avoir tout avoué, les deux hommes furent condamnés à mort et brûlés vifs dans des cages de fer. Leur maison fut ensuite détruite. Les auteurs et poètes se sont ensuite réapproprié cette histoire sordide, comme en témoigne une comptine écrite par Poirier : « Puis, rue des Deux-Hermites / Proche des Marmouzets (sic) / Fut deux âmes maudites / Par leurs affreux effets : / L’un barbier sanguinaire, /  Pâtissier téméraire, / Découverts par un chien, / Faisant manger au monde, Par cruauté féconde, / De la chair de chrétien. » Plus tard encore, elle a inspiré le film de Tim Burton que l’on connaît. Cette histoire, même si elle a été racontée par plusieurs historiens, ne figure dans aucun document officiel.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de