Les fourmis sont des insectes fascinants, dont nous nous inspirons beaucoup, tant leur organisation est impressionnante et bien rodée. Une nouvelle étude nous éclaire sur un comportement très particulier : les fourmis ont une stratégie pour éviter les épidémies dans leurs colonies ! Et une fois encore, leur méthode est transposable à l’Homme, alors que la grippe et la gastro-entérite sont déjà de retour.

 

LES FOURMIS, CES INSECTES FASCINANTS

Les sociétés de fourmis sont composées de milliers voire de millions d’individus sociaux. Dans ces « superorganismes », l’individu n’existe pas. En effet, c’est l’intérêt du groupe qui prime, laissant la place à une conscience collective qui permet à la colonie de compartimenter les tâches et d’obtenir cette coordination millimétrée qui les caractérise. Un comportement fascinant retranscrit dans « la cité des fourmis », un documentaire que les curieux et amateurs de fourmis doivent voir absolument !

Ces insectes sont capables de prouesses extraordinaires, d’une abnégation hors normes, comme se faire exploser face aux ennemis, dans l’intérêt de la colonie ! Elles sont aussi capables du « pire », comme décapiter leurs victimes et collectionner leurs têtes. Leurs comportements sont aussi impressionnants qu’ils sont parfois difficilement compréhensibles pour nous, êtres sociaux pour lesquels le groupe ne prime pas sur l’individu.

Pixabay

 

L’INTÉRÊT DE LA COLONIE PRIME SUR L’INDIVIDU

Des scientifiques autrichiens et suisses ont publié leur étude dans la revue Science sur le comportement des fourmis noires des jardins en cas de risque d’épidémie. Ils y décrivent les précautions prises par les fourmis pour éviter qu’une maladie repérée ne se propage dans leur colonie, mais surtout, pour empêcher une contamination de la reine et des jeunes fourmis. Bien sûr, il existe des fourmis infirmières qui soignent leur congénères blessées, mais elles sont impuissantes face aux infections.

Comme nous, les fourmis ont des contacts physiques fréquents. Le postulat de base est qu’il doit donc leur être difficile d’éviter les épidémies. Alors, les scientifiques ont exposé un groupe de fourmis, composé de 2266 individus, à un agent pathogène. Pour ne rien manquer de leurs déplacements et de leurs interactions, ils ont positionné un QR Code (un code-barres à deux dimensions) sur le dos de chacune des fourmis, tandis que des caméras infrarouges prenaient deux photos par seconde, afin de ne rien manquer.

© Pexels

 

LA STRATÉGIE DES FOURMIS POUR ÉVITER LES ÉPIDÉMIES

Les insectes ont très rapidement repéré la maladie et ont modifié leur organisation en conséquence. Dans leur stratégie, l’âge et le rôle social de chaque fourmi compte. Bien sûr, les individus ont limité les contacts entre les groupes, séparés en fonction des tâches à réaliser. Ainsi, les jeunes et les infirmières se sont regroupées près de la reine et de ses œufs, alors que les plus âgées sont parties en quête de nourriture, quitte à s’exposer à l’agent pathogène. Dans leur étude, les scientifiques déclarent que cette stratégie mise en place par les fourmis a permis de limiter la transmission de la maladie, tandis que la reine, les infirmières et les jeunes y ont été moins exposées.

Ainsi, les fourmis ont réussi à éviter l’épidémie ! Dans leur étude, les auteurs ajoutent que cette stratégie pourrait être appliquée aux humains. En effet, alors que la grippe et la gastro-entérite sont de retour, il nous suffirait de modifier notre comportement, c’est-à-dire nous isoler et limiter les contacts, pour en faire de même ! Cependant, on évitera d’aller trop loin dans la comparaison avec les fourmis : lorsqu’elles sont finalement confrontées à une épidémie, les fourmis agissent comme un système immunitaire et tuent les malades pour arrêter la contamination ! Heureusement, nous ne sommes pas obligés d’en arriver à de tels extrêmes.

Pixabay

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de