Jorge Royan / Creative Commons

La Vénus de Willendorf est une petite statuette de seulement 11 centimètres vieille de 30 000 ans qui continue à faire parler d’elle aujourd’hui. Elle reste un mystère dans le milieu de l’archéologie, de l’Histoire et de nombreux autres domaines. Près d’un siècle après sa découverte, archéologues, historiens et autres chercheurs tentent encore de percer le mystère de son origine et son utilité.

Une découverte de l’époque paléolithique

C’est en 1908 près du village de Willendorf, en Autriche – d’où son nom – que cette statuette fut découverte. Alors que Johan Veran et d’autres compères faisaient des fouilles archéologiques, ils ont sorti de terre cette petite statuette représentant une femme à la poitrine abondante. Selon les premières estimations, elle daterait d’il y a 10 000 ans.

D’après des analyses des roches et de la terre du site faites dans les années 90, il semblerait que cette petite statuette soit beaucoup plus âgée. Elle daterait d’il y a 25 000 ou 30 000 ans. Soit de l’époque du Paléolithique supérieur, une période extrêmement froide et dure pour les Homo sapiens d’Europe.

Vénus ou pas Vénus ? Telle est la question.

D’abord reconnue comme étant une représentation de la déesse romaine Vénus, déesse de l’amour, les spécialistes ont vite écarté cette possibilité car les dates ne coïncident pas. En effet, les premières représentations de Vénus datent du IIe siècle avant J.-C. Soit il y a 2 200 ans, si je sais encore compter.

Puis, il y a eu l’hypothèse que cette statuette soit une sculpture liée aux rites de fertilité. L’exagération de ses formes, ses seins proéminents, son ventre plus qu’arrondi et ses hanches généreuses peuvent ainsi évoquer la maternité. Cette hypothèse est loin d’être exclue. Mais les spécialistes l’étudiant depuis maintenant près d’un siècle, n’excluent aucune possibilité. Même si, il semblerait que cela soit le plus plausible.

Un travail d’orfèvre

Taillée dans du calcaire, ce qu’il y a de plus étonnant chez cette « Vénus » paléolithique, c’est tout de même l’exactitude du travail du sculpteur. Elle n’a aucun visage, une tête coiffée de tresses en tout point symétrique et légèrement penchée vers l’avant. Aucune bavure de la part du sculpteur, du véritable travail d’orfèvre. Ce qui est assez remarquable pour l’époque.

Même si toutes les « Vénus » de la période paléolithique ne sont pas de cet acabit, il y en a quelques-unes qui lui ressemblent. Cela pousserait à valider l’idée d’un lien avec des rites pour la reproduction et la fertilité. Cependant, les origines de cette statuette restent floues.

La Vénus de Willendorf est une remarquable pièce d’art, témoin d’une époque bien lointaine et encore méconnue. Devenue une des pièces maîtresses du Naturhistorisches Museum, elle reste un mystère pour les spécialistes de notre époque qui fascine encore aujourd’hui !

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
kalaila. Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
kalaila.
Invité
kalaila.

Elle est du culture africaine tout somplement