Il n’y a pas que les chiens qui sont capables de faire des prouesses pour rester avec leur maître. Les chats le peuvent également et Trim en est un très bon exemple. Ce chat ayant vécu au 19e siècle a navigué aux quatre coins du monde aux côtés de son compagnon explorateur. Une fidélité qui lui a valu plusieurs hommages en forme de statues.

Hachiko, le Shiba Inu qui a attendu son maître à la gare de Shibuya pendant des années, est devenu un véritable symbole de loyauté. S’il démontre à quel point les chiens sont fidèles à leur maître, il a un alter ego félin. Visible en Australie dans la ville de Sydney, un chat à l’affût est figé pour l’éternité sur l’un des murs de la Mitchell Library. Ce chat s’appelle Trim et il a marqué l’histoire en devenant un symbole d’exploration, mais aussi de fidélité envers son maître.

Dès le départ, ce chat noir et blanc d’après les témoignages historiques semblait destiné à passer sa vie sur un bateau. Trim est en effet né en 1799 à bord du HMS Reliance. Une légende circule même à ce sujet. Quand il était chaton, Trim serait tombé à la mer. Toutefois, il aurait réussi à combattre sa peur de l’eau, à nager et à remonter à bord du bateau en escaladant une corde que les marins avaient lancée. Une détermination qui avait alors marqué tous ceux qui se trouvaient à bord. S’il y avait de nombreux chats sur le bateau, Trim devint très vite l’un des préférés des membres d’équipage. C’était également le chat préféré du capitaine, Matthew Flinders.

Ce navigateur d’origine anglaise avait pour mission de cartographier les côtes de l’Australie et de faire le tour de la Tasmanie pour démontrer que c’était bien une île. Dans toutes ces missions, Trim était toujours à ses côtés. Le chat est d’ailleurs présent quand le capitaine prend les commandes en 1801 d’un nouveau navire, le HMS Investigator. En l’espace de 3 ans, le chat fera ainsi avec son maître le tour de l’Australie en bateau et survivra à un naufrage survenu sur la Grande Barrière de corail.

Malgré ses mésaventures, Trim reste toujours aux côtés de son maître, prouvant à chaque nouvelle étape sa fidélité et son attachement au navigateur. Suite au naufrage, il suivra ainsi Matthew sur le HMS Cumberland, un bateau qui était censé les ramener en Angleterre. En chemin, l’homme fait une halte sur ce qui s’appelait à l’époque l’Île de France (aujourd’hui Île Maurice).

Mais Matthew Flinders y est aussitôt arrêté par les autorités. En 1803, la guerre entre la France et le Royaume-Uni est déclarée. Si Flinders pensait que le caractère scientifique de son expédition lui permettrait d’être libéré, les Français y ont vu l’excuse d’un espion. L’homme est alors mis en prison.

Son maître avait beau être prisonnier, Trim resta à ses côtés. Il lui arrivait cependant de tromper la vigilance des gardes pour aller se balader mais il revenait toujours dans la cellule de son maître. Toutefois, en 1804, le chat ne revint pas d’une de ses virées. Le navigateur supposa que son compagnon avait été capturé, volé ou bien encore mangé par un esclave. Attristé par cette perte, il écrivit notamment un hommage à son compagnon à 4 pattes.

Si les deux compagnons n’ont pu rester ensemble jusqu’à la fin, de nombreuses statues rendent hommage à la complicité qui unissait le navigateur et son chat. La plus célèbre d’entre elles est visible à la Mitchell Library mais il y en a une autre à Donington dans le Lincolnshire (ville de naissance de Flinders) et une autre à Port Lincoln.

Mais le plus bel hommage à Trim est visible sur une plaque à la Mitchell Library où l’on peut lire ces mots, écrits de la main du navigateur :

« À la mémoire de Trim, le meilleur et le plus illustre de sa race, le plus fidèle des serviteurs, et la meilleure des créatures. Il fit le tour du globe, et un voyage en Australie qu’il contourna en faisant toujours le bonheur et le plaisir de ses compagnons de voyage. »

https://www.instagram.com/p/Begq274HiSu/

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de