Hercule
Image d’illustration — Vladimir Korostyshevskiy / Shutterstock.com

Alors qu’ils fouillaient les ruines de bâtiments publics datant du 8e siècle dans l’ancienne cité grecque de Philippes, des archéologues sont tombés sur un artefact beaucoup plus ancien et précieux : une statue romaine vieille de 2 000 ans représentant le mythique Hercule.

Le mythe d’Hercule

Demi-dieu doté d’une force surhumaine, Hercule, pour les Romains, ou Héraclès, pour les Anciens Grecs, était le fils de Zeus et d’Alcmène, petite-fille de Persée. Symbole ultime de la puissance et de la bravoure masculines, ce personnage mythologique emblématique est connu pour avoir réalisé une série d’exploits lui ayant valu une place parmi les dieux de l’Olympe après sa mort. Aujourd’hui encore, nous utilisons le terme « herculéen » pour décrire quelque chose qui exige une grande force ou un effort important.

Si son premier « fait d’armes » intervint alors qu’il était encore bébé, lorsqu’il étrangla deux serpents qu’Héra, l’épouse jalouse de Zeus, avait envoyés pour le tuer dans son berceau, il est surtout connu pour avoir accompli « les douze travaux », une série de tâches éreintantes et « impossibles » lui ayant été imposées par le roi Eurysthée. Notamment tuer le lion de Némée, dont il a ensuite revêtu la peau, se rendre aux Enfers pour capturer le chien à trois têtes Cerbère, et rapporter les pommes d’or du lointain jardin des Hespérides.

Durant l’Antiquité et la Renaissance, ce héros a été représenté sous la forme d’innombrables statues, mosaïques et peintures. Parmi les sculptures les plus célèbres, on trouve notamment l’Hercule Farnèse, datant du 3e siècle de notre ère et basée sur un original grec beaucoup plus ancien, probablement réalisé au 4e siècle par Lysippe. Si cette copie ancienne est conservée au Musée national d’archéologie de Naples, en Italie, des représentations similaires ornent d’innombrables musées et places de villes à travers l’Europe.

Une trouvaille archéologique importante

Sculptée il y a environ deux millénaires, la statue d’Hercule nouvellement découverte a été mise au jour au niveau de la place centrale du site archéologique de Philippes, ancienne cité grecque. Elle représente le héros légendaire portant une peau de lion, une couronne de feuilles de vigne et tenant une massue. Une position triomphante typique, assez courante dans l’art classique.

Selon Natalia Poulou, professeure à l’université Aristote de Thessalonique ayant supervisé les fouilles, elle aurait probablement été utilisée pour orner un bâtiment important de Philippes, peut-être une fontaine publique, des centaines d’années après sa sculpture. Ce qui indique que les statues de l’époque classique et romaine ont été utilisées à des fins décoratives jusqu’à la période byzantine tardive dans les principales villes de l’empire.

À noter qu’en juillet dernier, les fouilles de la célèbre épave d’Anticythère, au large des côtes grecques, avaient conduit à la découverte de la tête d’une statue géante d’Hercule.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments