Image d’illustration — Mastering_Microstock / Shutterstock.com

Des ouvriers romains ont mis au jour une statue en marbre bien conservée d’un ancien empereur, présentant des attributs étroitement liés au héros de la mythologie romaine Hercule.

Une représentation de l’empereur Dèce

La sculpture à taille humaine a été découverte en janvier dernier près de la célèbre voie Appienne, l’une des premières routes de la Rome antique, au cours de travaux de réparation d’une canalisation d’eaux usées située sous le parc Scott, dont l’effondrement avait entrainé l’apparition de dangereux gouffres dans la capitale italienne.

« Je doute que quiconque s’attendait à une telle trouvaille dans ces circonstances », explique Jane Draycott, historienne à l’université de Glasgow. « Sa tête est apparue alors qu’un bulldozer était en train de détruire les anciennes canalisations, et l’un des archéologues supervisant les travaux est immédiatement intervenu. »

Bien que le personnage sculpté porte une coiffe en peau de lion et soit muni d’une massue, objets indissociables de l’iconographie d’Hercule, les traits de son visage ne correspondaient pas aux représentations habituelles du héros mythologique. Des comparaisons étroites de pièces de monnaie et d’anciens portraits romains ont permis aux chercheurs d’établir qu’il s’agissait d’une statue de l’empereur Dèce. Ayant régné entre 249 et 251 après J.-C., celui-ci avait été tué par les Goths lors de la bataille d’Abritus, dans l’actuelle Bulgarie.

« Les cheveux coupés court et la barbe correspondent également aux représentations connues de Dèce », explique Sam Heijnen, de l’université Vrije d’Amsterdam. « Il existe très peu de sculptures de la vingtaine d’empereurs-soldats romains s’étant succédé entre 235 et 284 de notre ère. Une période de moins d’un demi-siècle au cours de laquelle les frontières de l’Empire étaient constamment attaquées. »

Réaffirmer l’attachement de l’Empire au culte des divinités gréco-romaines

Connu pour avoir institué la première persécution organisée des chrétiens dans l’Empire romain, Dèce était très attaché au culte des divinités gréco-romaines. Bien que les chercheurs ignorent si l’empereur lui-même avait commandé la statue, il ne fait aucun doute que ce type de représentation visait à réaffirmer l’importance de ces traditions pour les décideurs romains, alors que le christianisme se répandait rapidement en Europe.

Selon les archéologues locaux, la sculpture aurait vraisemblablement été enterrée sous le parc Scott lors de la construction du réseau d’égout au début du XXe siècle, une époque où de tels travaux ne bénéficiaient pas d’une supervision archéologique. Actuellement en cours de restauration, celle-ci pourrait être prochainement exposée dans l’un des musées de la ville.

« La mise au jour de cette statue antique bien conservée montre que malgré les nombreuses trouvailles archéologiques réalisées à Rome, il reste encore beaucoup à découvrir », conclut Heijnen.

S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Jean Claude Ahn
Jean Claude Ahn
11 mois

C’est magnifique de trouver des statues completes d empereurs auant existe il y a pres de deux milles. On voit a quel poibt Rome devance les royaumes de Lombardie et de France dont les premiers rois n’ont laisse aicune representation pictural ou statutaire.