— paramate / Shutterstock.com

Des fouilles réalisées dans le Buckinghamshire ont conduit à l’identification d’une quarantaine de squelettes décapités parmi les 425 dépouilles découvertes dans un ancien cimetière.

Environ 10 % des dépouilles concernées

Occupée par les Romains de 43 à 410 de notre ère, la Grande-Bretagne abrite de nombreux témoignages de cette période qui attendent encore d’être découverts. Quelques mois après la mise au jour d’un artefact suggérant que le châtiment consistant à jeter des humains à des fauves affamés y était également pratiqué, l’excavation d’un ancien cimetière romain a mis en évidence un autre type d’exécution violente : la décapitation.

Cette importante découverte a été réalisée à Fleet Marston, faisant partie de la centaine de sites archéologiques mise au jour depuis 2018 dans le cadre de la construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse HS2, reliant Londres à Birmingham. Les chercheurs ont constaté qu’environ 10 % des corps avaient été décapités, avec des crânes généralement placés entre leurs jambes ou à côté de leurs pieds.

Une telle disposition suggère que la quarantaine d’individus concernés étaient des criminels ou des parias. Les chercheurs soulignant que la décapitation était un rite funéraire assez marginal à la fin de la période romaine.

Des pièces de monnaie et des objets domestiques également découverts

L’équipe a également découvert plus de 1 200 pièces de monnaie sur le site, ainsi que plusieurs poids en plomb, indiquant qu’il s’agissait d’une zone d’échanges et de commerce. Des objets domestiques tels que des cuillères, des épingles et des broches ont été trouvés, ainsi que des dés et des cloches de jeu, ce qui suggère que des jeux de hasard et des activités religieuses avaient également lieu à cet endroit.

Au cours des prochaines années, les chercheurs étudieront de près les squelettes exhumés, afin d’en apprendre davantage sur les modes de vie, le régime alimentaire et les croyances de la civilisation romaine.

« Ces fouilles sont importantes car elles offrent un aperçu sans précédent de cette ancienne cité romaine et du quotidien de ses habitants, il y a près de deux millénaires », souligne Richard Brown, qui a supervisé les travaux d’excavation.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments