sommeil
— PH888 / Shutterstock.com

C’est un fait, le sommeil est l’un des aspects les plus importants de la vie humaine, autant pour la santé physique, la santé mentale et le bien-être. En fait, le sommeil est si important qu’il a un impact sur le processus de vieillissement. Une étude a montré que bien dormir permet de ralentir le vieillissement au niveau cellulaire.

Se coucher à la même heure et pour la même durée chaque nuit ralentit le vieillissement

Le sommeil est la pierre angulaire de la santé et du bien-être en général, jouant un rôle central dans le maintien de l’équilibre physique, mental et émotionnel. Un sommeil adéquat et de haute qualité est essentiel aux processus de réparation et de régénération du corps, au soutien de la fonction immunitaire, de la régulation hormonale et des performances cognitives. Il contribue également à la résilience émotionnelle, à la stabilité de l’humeur et à une gestion efficace du stress.

Dans une nouvelle étude, les chercheurs de l’université Augusta ont montré qu’un sommeil régulier et de qualité permet de ralentir le vieillissement au niveau cellulaire. En effet, d’après les résultats de l’étude publiée dans la revue Sleep Health, ceux qui ont des habitudes de sommeil irrégulières ont un âge biologique plus élevé que ceux qui ont un horaire de sommeil régulier. D’après les chercheurs, cela pourrait être lié aux perturbations de l’horloge interne du corps. Ils ont expliqué que les perturbations du rythme circadien pourraient accélérer le vieillissement des cellules du corps et l’apparition de maladies liées à l’âge.

sommeil
— PrinceOfLove / Shutterstock.com

Ceux qui sont flexibles en matière de sommeil ont un âge biologique plus élevé

Pour aboutir à leurs conclusions, les chercheurs ont évalué les données de plus de 6 000 adultes ayant participé à l’enquête nationale américaine sur la santé et la nutrition entre 2011 et 2014. Les paramètres du sommeil tels que la durée, la variabilité (si l’heure à laquelle ils se couchent change chaque nuit), l’irrégularité du sommeil (comment le point médian du sommeil d’une personne diffère chaque nuit) et les différences dans les routines de sommeil en semaine et en week-end ont été étudiés.

Ils ont également relevé les marqueurs physiologiques du vieillissement biologique des participants. L’étude a révélé qu’environ 65 % des participants dormaient entre 7 et 9 heures par nuit, 16 % dormaient moins de 7 heures, tandis que 19 % dormaient plus de 9 heures. En moyenne, l’heure du coucher des participants variait de 60 minutes chaque nuit en semaine, et ils avaient tendance à dormir 78 minutes de plus le week-end. Enfin, le décalage de sommeil en semaine changeait de 42 minutes chaque nuit en moyenne, et de 66 minutes le week-end.

Après avoir réalisé des croisements avec les marqueurs biologiques, il a été constaté que ceux qui présentaient les plus grandes différences dans l’heure à laquelle ils se couchaient chaque nuit et la durée du sommeil pendant la semaine par rapport au week-end avaient l’âge biologique le plus élevé. Ceux qui avaient les horaires de sommeil les moins rigides avaient un âge biologique jusqu’à neuf mois plus élevé que ceux qui dormaient de manière plus régulière. Quoi qu’il en soit, les chercheurs ont tenu à préciser que la recherche n’en est qu’à ses débuts et des études supplémentaires sont nécessaires pour explorer la relation entre le sommeil, le rythme circadien et le processus de vieillissement. Pour aller plus loin, voici 10 astuces à adopter pour améliorer votre sommeil.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments