― Alexandros Michailidis / Shutterstock.com

La pandémie de coronavirus n’a épargné quasiment aucun secteur. De son côté, la SNCF Voyageurs était au plus mal en 2020. Vendredi dernier, le PDG de la firme, Christophe Fanichet, a annoncé que cette dernière avait perdu 42 % de ses voyageurs au cours de l’année passée. Cependant, il ne baisse pas les bras et espère se rattraper l’été prochain.

La clientèle a beaucoup diminué

La SNCF, qui fait normalement circuler 15 000 trains par jour, a dû réduire son trafic à seulement 3 500 trains par jour lors de la première vague de Covid-19, a expliqué Christophe Fanichet, soulignant que certaines lignes n’accueillaient que 1 % des voyageurs par rapport à la normale. La baisse globale de 42 % de ses voyageurs se décline par 35 % sur les trains régionaux, 45 % en Île-de-France et 42 % pour les grandes lignes (TGV, Ouigo et Intercités, Thalys et Eurostar exclus).

Seuls les Ouigo, les TGV à petits prix, ont limité la casse avec une baisse de 20 %. En outre, tous les publics n’ont pas réduit leurs déplacements en train dans des proportions équivalentes. En effet, les moins de 35 ans ont réduit leurs voyages en train de seulement 10 %, a relevé le PDG de la firme lors d’une rencontre avec l’Association des journalistes des transports et de la mobilité, tandis que d’autres tranches de la population comme les séniors n’ont quasiment plus voyagé pendant l’année passée.

Quoi qu’il en soit, cela n’a pas changé grand-chose, car la clientèle d’affaires qui assurait 40 % du chiffre d’affaires des TGV a complètement disparu. Alors que la firme enregistrait une croissance du trafic de 2 à 3 % par année au cours des cinq années précédentes, elle a désormais un manque de 5 milliards d’euros à combler.

― EQRoy / Shutterstock.com

La firme fonde ses espoirs sur l’été 2021

Le patron de SNCF Voyageurs pense que la période actuelle d’adaptation constante aux évolutions de la pandémie de coronavirus durera tout le long du premier semestre de cette année. Mais une fois cette période passée, il espère retrouver sa clientèle comme avant. Il espère notamment que 2021 soit « une année de retrouvailles avec les Français ».

Pour l’instant, les réservations pour les trains grandes lignes seraient en chute de 70 % pour février et de 80 % pour mars. « J’ai une date clef, la date pivot, c’est l’été 2021 », a déclaré Christophe Fanichet. Ce dernier projette de lancer une application SNCF unique d’ici le mois de décembre et compte proposer une nouvelle grille tarifaire plus simple, plus accessible et plus attractive d’ici juin ou juillet 2021.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de