— Unai Huizi Photography / Shutterstock.com

Des chercheurs ont récemment identifié 478 anciens sites cérémoniels méso-américains au Mexique. Remontant à au moins 2 500 ans, ceux-ci auraient été bâtis sur une période d’au moins 600 ans par les civilisations olmèque et maya.

478 sites cérémoniels révélés grâce à la technologie Lidar

L’année dernière, une équipe internationale de scientifiques dirigée par Takeshi Inomata, de l’université de l’Arizona, avait annoncé la découverte d’une structure maya massive. Baptisée Aguada Fénix, la plateforme rectangulaire de plus d’un kilomètre de long avait été bâtie entre 1000 et 800 avant J.-C., ce qui en faisait le plus ancien site cérémoniel maya jamais identifié.

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Nature Human Behaviour, Inomata et ses collègues ont une nouvelle fois eu recours à la télédétection Lidar, utilisant des lasers pour cartographier la surface d’un sol en 3 dimensions. Au total, les chercheurs ont découvert 478 sites cérémoniels, dont une partie était recouverte par une jungle dense, au sein d’une zone de plus de 84 000 kilomètres carrés située dans le sud du Mexique.

De forme rectangulaire, les sites comprenaient une place centrale ouverte, encadrée par une série de monticules de terre accueillant probablement différents types de structures. Selon Inomata, ceux-ci étaient probablement utilisés pour des rassemblements cérémoniels. « Il s’agissait de sortes de centres de pèlerinage, où les gens allaient et venaient », détaille le chercheur.

L’équipe a estimé qu’ils avaient été probablement construits entre 1050 et 400 avant J.-C. par les Olmèques, plus ancienne civilisation connue dans la région, et les Mayas, qui se sont peut-être inspirés de ces derniers et dont la culture s’est effondrée aux alentours de 800 après J.-C.

« Beaucoup de ces complexes ont été construits par des sociétés peu hiérarchisées »

« Avant Aguada Fénix, personne n’avait connaissance de ces sites cérémoniels rectangulaires, donc toutes ces nouvelles découvertes nous éclairent sur cette période précoce », explique Inomata. « Cela nous amène vraiment à repenser l’origine de la civilisation méso-américaine. Beaucoup de ces complexes ont été construits par des sociétés peu hiérarchisées. »

Comportant quelques petites pyramides, les sites étaient tous relativement peu élevés par rapport aux constructions ultérieures de la région, comme Chichen Itza, abritant généralement des structures beaucoup plus grandes.

« Il s’agissait sans doute de petites cités », commente Elizabeth Graham de l’University College de Londres. « Lorsque j’ai commencé à travailler dans les années 70, tout le monde pensait qu’elles s’étaient développées au cours de la période classique, autour de 200 après J.-C. Les découvertes récentes repoussent sans cesse la date de leur apparition en Amérique. »

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de