— Mark_Kostich / Shutterstock.com

Différentes modélisations et observations minutieuses ont permis à une équipe de chercheurs australiens de mettre en évidence les caractéristiques ayant permis l’apparition des crochets chez les serpents.

Une capacité unique

Les crochets ont évolué indépendamment au fil du temps chez de nombreuses lignées de serpents venimeux, mais sont rarement observés chez les autres reptiles. Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B, des chercheurs de l’université Flinders ont déterminé que des caractéristiques microscopiques des dents des serpents, ayant peut-être évolué dans un but totalement différent, leur avaient conféré la capacité unique de se transformer en crochets.

« La raison pour laquelle les crochets ont évolué tant de fois chez les serpents, mais rarement chez les autres reptiles, est longtemps restée obscure », explique Alessandro Palci, auteur principal de l’étude. « Notre étude apporte des éléments de réponse, en montrant combien il est facile pour des dents de serpent de se transformer en de véritables aiguilles hypodermiques. »

Les crochets que les serpents utilisent pour délivrer leur venin sont essentiellement des dents modifiées qui sont soit rainurées (le venin est dirigé vers le bas de la rainure), soit tubulaires (le venin passe par un canal à l’intérieur des dents). Situés à l’arrière ou à l’avant de la gueule, ceux-ci peuvent être fixes ou articulés. Afin de comprendre pourquoi un système de délivrance aussi sophistiqué avait évolué plusieurs fois parmi les différentes lignées de serpents, Palci et son équipe ont étudié différents modèles et fossiles.

De minuscules plis à la base des dents

Les observations réalisées au microscope ont révélé la présence de minuscules plis à la base de leurs dents, ayant pu évoluer afin que ces dernières soient plus fermement ancrées à la mâchoire (ce qui s’avère utile lorsque vous devez saisir une proie). Précurseurs probables des crochets, ces plis ont créé le sillon nécessaire à la libération du venin en devenant plus profonds et en s’étendant progressivement jusqu’à l’extrémité de la dent.

« Cela nous aide à comprendre comment les serpents venimeux ont évolué, ce qui s’avère important non seulement parce que les serpents sont des créatures fascinantes, mais également en raison de l’importance des espèces venimeuses pour la médecine », explique Palci. Sur les quelque 4 000 espèces de serpents existantes, environ 600 sont en effet considérées comme « importantes d’un point de vue médical » pour l’Homme.

« Nos travaux mettent en évidence le caractère opportuniste et l’efficacité de l’évolution », souligne de son côté Michael Lee, co-auteur de l’étude. « Ils montrent comment certaines bizarreries évolutives peuvent se développer afin de répondre à une certaine problématique et finir par en résoudre une autre. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de