Un constat qui n’a rien d’étonnant lorsque l’on sait à quel point l’histoire de Fannie Mae Dees, une ancienne infirmière, est étroitement liée à celle de la construction du parc.

Dans les années 70, la saisie d’un immense terrain situé entre deux universités (Vanderbilt et Vermont) fait grand bruit à Nashville. Dans le cadre d’un projet de modernisation et d’urbanisation de la ville, les habitants du futur parc avaient été délogés. Un projet fortement contesté par de nombreux citoyens d’alors, dont la plus virulente opposante était Fannie Mae Dees.

Alors que la ville progressait et que le paysage de la ville s’urbanisait, cette militante fit parler d’elle en construisant un cercueil dans son jardin ou en érigeant des pancartes pour protester contre la « mort » du quartier. Malgré son combat acharné contre la mairie, la maison dans laquelle elle vivait avec sa mère fut finalement détruite, comme toutes les autres.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de