Souvent perçu comme idyllique et avant-gardiste en comparaison à notre droit européen, le droit scandinave, beaucoup plus égalitaire et promoteur de libertés que le droit français. Le droit à la nature en est l’illustration parfaite.

Alors que les pays scandinaves possèdent nombre de joyaux naturels (450 000 lacs en Norvège, 180 000 en Finlande, 96 00 en Suède) et  elle ne ressent pas nécessairement le besoin de faire des lois pour les protéger, contrairement à la France. À l’inverse, elle cherche à les promouvoir et à en faire profiter ses habitants et touristes, contre quelques contreparties rudimentaires. Elle permet ainsi à chacun de dormir, de manger, de profiter des graines, plantes et fruits offerts par la nature, et  de marcher où bon lui semble. Adopté par la Suède, la Finlande et la Norvège il peut se traduire en français comme étant « un droit d’accès à la nature » et autorise chacun à disposer de ces espaces comme bon lui semble.

Un modèle basé sur la confiance qui fait rêver, à l’écart de l’égocentrisme causé par la notion de propriété privée, et de la défiance de l’État envers les habitants et visiteurs. Cette démarche enseigne également à tous que la propriété publique et la propriété privée ne peuvent faire qu’un, à la seule condition que chacun y mette un peu du sien.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de