— © J.J.Giraldo

Le premier modèle 3D du mégalodon, s’étant éteint il y a environ 3,5 millions d’années, indique que le squale préhistorique était encore plus imposant qu’on ne l’estimait jusqu’à présent.

Une première

Alors que les précédentes estimations avaient fixé la taille moyenne d’un mégalodon adulte à environ 14 mètres pour un poids de 48 tonnes, John Hutchinson et ses collègues du Royal Veterinary College au Royaume-Uni ont décidé d’appliquer les techniques de modélisation et de reconstruction 3D utilisées pour les dinosaures afin d’obtenir un meilleur aperçu des mensurations et capacités de la bête.

Contrairement aux os de dinosaures, les squelettes de requins sont constitués de cartilage qui se fossilise rarement. Si les dents de mégalodon sont abondantes dans le monde entier, les parties fossilisées de leur corps se limitent à un ensemble de 141 vertèbres mises au jour en Belgique (provenant toutes du même individu) ainsi qu’une autre trouvée au Danemark en 1983.

Détaillée dans la revue Science Advances, cette première reconstitution 3D a impliqué la numérisation de l’ensemble des vertèbres belges. Pour donner une tête à leur animal virtuel, Hutchinson et ses collègues ont scanné un crâne de grand requin blanc moderne et l’ont adapté afin qu’il corresponde aux scans de dents de mégalodon qu’ils avaient obtenus d’autres équipes de recherche. Des modèles 3D détaillés de grand requins blancs ont également été utilisés pour recréer les tissus mous de la bête et déterminer le volume de ses organes internes.

— Herschel Hoffmeyer / Shutterstock.com

Un meilleur aperçu du squale préhistorique

Bien qu’imparfaite, la modélisation en résultant donne une assez bonne idée de ce à quoi le mégalodon aurait ressemblé. Portant sa taille à 16 mètres de long pour un poids de 61,5 tonnes, celle-ci suggère que la bête avait besoin de 20 fois plus de calories par jour qu’un grand requin blanc et arpentait les océans à la vitesse de 5 kilomètres par heure.

Alors qu’une précédente étude avait révélé que le mégalodon se délectait du museau des cachalots, le nouveau modèle 3D suggère qu’il aurait pu dévorer un cétacé de 8 mètres de long en seulement cinq bouchées grâce à ses puissantes mâchoires.

« Un repas aussi copieux et riche en calories, à même de remplir son estomac de 10 000 litres, lui aurait fourni suffisamment de nutriments pour pouvoir se passer de nourriture pendant environ deux mois », conclut le chercheur.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments