momie-sarcophage
Image d’illustration — Lyashko_ph / Shutterstock.com

À deux pas du tombeau de Toutânkhamon, des archéologues ont mis au jour un impressionnant ensemble de sarcophages, momies et artefacts ainsi que la pyramide d’une ancienne reine égyptienne.

300 sépultures datant du Nouvel Empire

Les fouilles menées au cours des dernières années à Saqqarah, vaste nécropole antique située à une trentaine de kilomètres au sud du Caire, ont conduit à de nombreuses découvertes archéologiques importantes. Les plus récentes comprennent un ensemble de sarcophages et de momies de probables généraux et conseillers de Toutânkhamon, pharaon ayant régné de 1333 à 1323 avant J.-C.

Parfaitement conservées, les 300 sépultures (comprenant un énorme sarcophage en calcaire) ont été découvertes dans des puits situés à proximité de la pyramide dédiée à Téti, premier roi de la sixième dynastie égyptienne.

« Téti était vénéré comme un dieu à l’époque du Nouvel Empire, et les gens voulaient être enterrés près de lui », explique l’égyptologue Zahi Hawass. « Alors que la plupart des tombes connues à Saqqarah dataient de l’Ancien Empire ou de la période tardive, celles découvertes dans ces 22 puits interconnectés, à une profondeur comprise entre 9 et 18 mètres, remontent toutes au Nouvel Empire [1580 à 1077 avant notre ère]. »

« Le nom du défunt apparaissait sur chacun des sarcophages, sur lesquels des visages uniques, distinguant les hommes des femmes, avaient été peints », poursuit Hawass. « Des scènes du Livre des morts [célèbre texte funéraire de l’Égypte ancienne] ainsi que les quatre fils d’Horus, qui protégeaient les organes du défunt, y étaient également représentés. »

Des momies étonnamment bien conservées

Lorsque les chercheurs ont soulevé les couvercles des sarcophages, ils ont été surpris de trouver des momies plurimillénaires en bon état. Selon Hawass, cela montre que l’art de la momification a atteint son apogée sous le Nouvel Empire.

« Si certains d’entre eux possédait deux couvercles, le plus frappant comportait un masque de femme entièrement en or massif », souligne l’égyptologue. « Divers artefacts, incluant des jeux anciens, des figurines, des statues du dieu Ptah-Sokar et même une hache en métal placée sur la dépouille d’un soldat ont également été découverts à l’intérieur des sarcophages et des puits funéraires. »

L’équipe a également mis au jour une pyramide érigée en l’honneur d’une reine égyptienne dont l’identité était jusqu’alors inconnue. « Nous avons découvert que son nom était Neith, et qu’elle n’avait jamais été mentionnée dans les documents historiques connus », conclut Hawass.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments