CHAPELLE DES JÉSUITES

Chapelle jésuite de Saint-Omer

Cette chapelle, intégrée au lycée jésuite, a été construite de 1615 à 1640 d’après les plans de l’architecte Jean du Blocq. Son architecture typique de la Contre-Réforme est particulièrement impressionnante tant par ses vastes dimensions (61 mètres de long) que par sa façade à cinq niveaux, haute de 40 mètres. Lorsque les Jésuites sont expulsés de France en 1763, la chapelle sert encore aux offices religieux jusqu’à la période de la Révolution française.

Elle est alors désacralisée et vidée de son mobilier religieux. Tout au long du XIXe siècle, elle est utilisée comme atelier, hangar, garage, etc. Reprise par le service du patrimoine de Saint-Omer, elle est en pleine rénovation et deviendra, à terme, une salle polyvalente pour des spectacles, concerts et expositions.

 

LE MOULIN À CAFÉ

Le « Moulin à café » de Saint-Omer

Ce curieux bâtiment, construit de 1834 à 1841 par Pierre-Bernard Lefranc, est l’ancien hôtel de ville situé sur la grande place de Saint-Omer. Sa particularité est d’accueillir un théâtre à l’italienne. L’ambition première du projet, beaucoup plus important, consistait à regrouper sous un même toit les bureaux de la mairie, des boutiques, un musée, la bibliothèque, la justice de paix, le commissariat, les archives, et une salle de spectacle. Heurtés par la nouvelle silhouette de leur maison communale, les habitants de Saint-Omer le taxèrent du surnom quelque peu railleur de moulin à café. Fermé depuis 1973, le bâtiment est en cours de réhabilitation.

 

LA MOTTE CASTRALE

Motte castrale de Saint-Omer

Remontant à la période féodale de la ville, la motte castrale de Saint-Omer a vu son château primitif à pans de bois remplacé par le château des châtelains de la ville. De par sa position dominante dans la ville et ses fortifications, le bâtiment est converti en prison militaire au XVIIIe siècle. Abri pour la population pendant la Seconde Guerre mondiale, la motte castrale est devenue un lieu culturel ouvert au public en 2015. Ses jardins offrent un point de vue panoramique sur la ville et ses bâtiments.

LES MARAIS MARAÎCHERS

EvaL Miko / Shutterstock.com

Petite curiosité, il est possible de visiter les marais maraîchers de Saint-Omer dont la superficie est de 3726 hectares. Il s’agit de l’un des derniers marais maraîchers de France conservé. L’histoire de ces marais remonte au XIIe siècle quand, sous l’impulsion des abbayes, les marais jouxtant la ville sont canalisés. En quelques siècles, le marais est passé d’un « marécage hérissé de forêts » à un marais organisé, composé de plus de 15 000 parcelles de terre et d’eau, parcouru de 800 kilomètres de canaux. Mais la grande particularité du marais reste d’avoir été mis en culture pour la production de légumes, principalement dès le XIIe siècle. Certaines variétés de légumes ont traversé les siècles et font partie intégrante du patrimoine du marais. Mais ce n’est pas tout, les canaux occupant plus de 700 km linéaires, la flore et la faune y trouvent des conditions de vie multiples qui sont favorables à de nombreuses espèces : 50 % de la flore aquatique régionale s’épanouit dans le marais, tout comme plus de 230 espèces d’oiseaux comme le martin-pêcheur, le grèbe huppé ou la cigogne blanche… Un réel îlot de biodiversité au cœur du Nord-Pas-de-Calais.

Située à deux heures de Paris et une heure de Lille, la petite ville de Saint-Omer se révèle aussi charmante que surprenante à bien des égards. Si la découverte des villes d’art et d’histoire de France ou encore les liens entre la France et l’Angleterre vous intéressent, nous vous conseillons l’article sur Dieppe et sa riche histoire à la croisée des royaumes de France et d’Angleterre.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de