Condamné à une mort certaine, ce papillon a survécu grâce au dévouement d’une couturière

Grands papillons migrateurs connus pour leurs ailes orangées, les monarques comptent parmi les plus belles mais aussi les plus connues des variétés de papillons. Il arrive toutefois que certains naissent avec des soucis aux ailes, comme le héros de cette histoire touchante. Toutefois, il a rencontré une personne qui, grâce à une opération atypique, lui a redonné l’occasion de voler. 

Chez les papillons monarques, la durée de vie peut aller de 2 semaines à environ 5 mois dès qu’ils sont sortis de leur chrysalide. Cependant, il y a un papillon qui aurait pu vivre moins longtemps encore si une humaine ne l’avait pas aidé. Ce papillon est en effet né avec une aile non développée le rendant incapable de voler. Un mauvais départ dans la vie rattrapé par le talent et la bonne volonté de Romy McCloskey.

 

Cette costumière et brodeuse est, comme elle l’explique, « tombée dans l’élevage de papillons par hasard quand elle a trouvé 3 chenilles dans un buisson dans sa cour« . Parmi ces trois petites chenilles se trouvait le papillon en question et quand elle l’a vu dans cet état, elle ne pensait qu’à une chose : lui venir en aide. « J’ai toujours aimé les papillons. Ils ont une signification très personnelle pour moi ». Sans hésiter, Romy s’est retroussée les manches pour sauver ce papillon âgé de seulement trois jours en réalisant une greffe sur son aile blessée.

Pour mener à bien cette opération délicate, Romy a dû d’abord réunir un peu de matériel. Greffer une aile de papillon nécessite en effet quelques outils, et Romy a dû faire avec ce qu’elle avait, à savoir une serviette, un cintre, du ciment de contact, des cure-dents, des cotons-tiges, des ciseaux, une pince à épiler, du talc ainsi qu’une aile de papillon supplémentaire.

 

L’aile en question, elle l’a récupéré sur l’un des trois papillons dont elle s’est occupée, mais qui est mort quelques jours après son éclosion. Elle a tout d’abord placé le corps du papillon dans un cintre tordu pour qu’il évite de bouger puis a enlevé les parties les plus abîmées de l’aile.

Romy a ensuite pu coller la nouvelle aile au papillon, et ce, sans qu’il souffre (les ailes sont comme les cheveux ou les ongles chez l’Homme : l’animal ne souffre pas quand on le coupe). C’est avec succès que la greffe a été réalisée, et le papillon l’a remercié en lui faisant une belle surprise.

 

Après deux jours de convalescence, Romy a amené le papillon à l’extérieur pour voir s’il était bien capable de voler. Romy a raconté qu’après « un tour rapide autour de la cour et un peu de repos sur un buisson, il était parti ! ». Même si les motifs des ailes n’étaient pas exactement alignés, la nouvelle aile du monarque fonctionnait. Grâce à ce geste, Romy a donné à ce papillon un nouveau départ et a été l’actrice d’une magnifique histoire qui montre que la passion des animaux peut nous permettre d’accomplir des miracles.


Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve.

— Confucius