Le saviez-vous ? Rédigé par l’écrivain Michel Dansel, l’ouvrage Le Train de nulle part a une caractéristique toute particulière. En effet, ce roman ne contient aucun verbe tout au long de ses 233 pages.

Le Train de nulle part : voici le roman écrit par Michel Dansel sous le pseudonyme de Michel Thaler et publié chez Pascal Petiot Editions en 2004 et dont la caractéristique est de ne contenir aucun verbe. Un travail qui n’a pas dû être une mince affaire !

Voici un extrait de l’incipit du roman : “Quelle aubaine ! Une place de libre, ou presque, dans ce compartiment. Une escale provisoire, pourquoi pas ! Donc, ma nouvelle adresse dans ce train de nulle part : voiture 12, 3e compartiment dans le sens de la marche. Encore une fois, pourquoi pas ? – Bonjour Messieurs Dames. Un segment du voyage avec vous ! Ou peut-être pas ! Tout comme la totalité de l’itinéraire, du moins le mien.

Dans l’introduction de son ouvrage, l’auteur commente d’ailleurs : “Le verbe cet envahisseur, ce dictateur, cet usurpateur de notre littérature depuis toujours !”. Une remarque qui a néanmoins soulevé des réactions particulièrement hostiles de la part des critiques littéraires. Par ailleurs, un article du 25 juillet 2004 paru dans le Wall Street Journal faisait part de la critique parue dans le magazine Lire : “Un mauvais texte par un élève de 11 ans”.

Mais Michel Dansel n’est pas le seul auteur à s’être imposé un tel challenge d’écriture. En effet, Ernest Vincent Wright a publié en 1939 un roman intitulé Gadsby qui a pour caractéristique de ne contenir aucune lettre E. Par ailleurs, en 1969, Georges Perec a publié un roman du nom de La Disparition qui ne contenait également aucune lettre E.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de