— Steve_At_Hypothermia / Youtube

Les chiens servent aux côtés des policiers depuis des décennies, tandis que les robots sont généralement utilisés par les forces de l’ordre dans le cadre d’attentats à la bombe. Mais l’essai de chiens-robots par la police du Massachusetts ces derniers mois pousse les spécialistes des libertés individuelles à tirer la sonnette d’alarme.

Ce modèle de chien-robot a été utilisé dans le cadre d’opérations réelles

Selon les documents obtenus par l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), la police de l’État du Massachusetts a loué les services de Spot, le chien-robot ultra-avancé de Boston Dynamics que nous vous présentions il y a quelques mois, pour un essai de 3 mois censé se terminer le 5 novembre 2019. Le contrat de location obtenu par l’ACLU stipulait que les membres du service de déminage pourraient faire appel à ses services à tout moment et évalueraient « ses capacités en matière d’action policière, en particulier l’inspection à distance des environnements potentiellement dangereux ».

Interrogé à ce sujet, David Procopio, porte-parole de la police de l’État, a déclaré que le service utilisait Spot de la même manière que d’autres robots : en tant que « dispositif mobile d’observation a distance ». « La technologie des robots est un outil précieux pour les forces de l’ordre en raison de sa capacité à fournir une connaissance de la situation dans des environnements potentiellement dangereux », a-t-il estimé. En dehors des essais (voir vidéo ci-dessous), ce modèle de chien-robot a été utilisé à deux reprises dans le cadre d’opérations bien réelles, au sujet desquelles Procopio s’est montré plutôt avare en détails.

L’ACLU craint des dérives si une réglementation claire n’est pas mise en place rapidement

Michael Perry, vice-président du développement commercial de Boston Dynamics, a de son côté assuré qu’il n’y avait aucune chance que la police du Massachusetts utilise Spot comme une arme. « Une partie de notre processus d’évaluation préliminaire avec les clients consiste à nous assurer que nous sommes sur la même longueur d’onde en ce qui concerne l’utilisation du robot », a avancé Perry. « Dès le départ, nous sommes très clairs avec nos clients et leur signifions que nous ne souhaitons pas que Spot soit utilisé d’une manière susceptible de porter atteinte à l’intégrité physique d’une personne. »

En fin de compte, il semble que les démineurs souhaitaient surtout voir si Spot constituait une amélioration par rapport aux robots qu’ils utilisaient déjà, mais il est difficile de reprocher à l’ACLU d’avoir exigé davantage de détails au sujet des tests, à l’heure où les États-Unis et la Russie développent des robots tueurs autonomes. « Trop souvent, le déploiement de ces technologies intervient avant que nos systèmes sociaux, politiques ou juridiques ne soient en mesure de réagir », a déclaré Kade Crockford, directrice du programme Technology for Liberty de l’ACLU.

« Nous avons besoin de toute urgence d’une loi et d’une réglementation pour établir un plancher de protection afin de garantir que ces systèmes ne puissent pas être utilisés de manière abusive par le gouvernement », a-t-elle conclu.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de