Les chercheurs ayant supervisé ce projet pilote expérimentant le revenu universel viennent de rendre leurs conclusions. Selon eux, celui-ci améliorerait le bien-être global des bénéficiaires, tout en favorisant modestement le retour à l’emploi.

Des bénéfices modestes en matière d’emploi…

Entre 2017 et 2018, la Finlande a mené une vaste étude sur le revenu universel au cours de laquelle son gouvernement a versé à 2 000 chômeurs âgés de 25 à 58 ans des mensualités sans conditions. D’un montant de 560 euros, ces versements étaient inconditionnels : ils n’étaient soumis à aucun examen de ressource, ce qui sous-entend qu’un sujet retrouvant un emploi ou bénéficiant plus tard d’une augmentation de salaire continuait à percevoir cette somme durant la totalité de l’expérience (18 mois).

Les scientifiques ont comparé les bénéficiaires du revenu de base universel à un groupe témoin composé de 173 000 Finlandais percevant des allocations chômage en termes de bien-être et d’insertion professionnelle, et ont constaté qu’entre novembre 2017 et octobre 2018, les premiers cités avaient travaillé en moyenne 78 jours, soit six jours de plus que les bénéficiaires d’allocations chômage. Si le retour à l’emploi s’est avéré plus marqué au sein des familles avec enfants ainsi que pour les personnes dont la langue maternelle n’était ni le finnois ni le suédois, les auteurs de l’étude en ignorent à l’heure actuelle les raisons.

… mais loin d’être négligeables d’un point de vue psychologique

Selon les auteurs de l’étude, si le gain s’est révélé minime en termes d’insertion professionnelle, avec 43,7 % des bénéficiaires du revenu universel ayant retrouvé un emploi contre 42,85 % des sujets du groupe témoin, ces résultats montrent toutefois que le revenu universel ne semble pas dissuader les gens de retrouver un emploi. Les bienfaits psychologiques sont quant à eux loin d’être négligeables, avec 55 % des participants à l’expérience ayant déclaré se sentir en bonne, voire en très bonne santé contre 46 % des membres du groupe témoin.

Dans le cadre de l’enquête de suivi, les personnes ayant perçu un revenu de base universel au lieu de prestations chômage régulières ont notamment évoqué une situation financière plus confortable ainsi qu’un bien-être général se traduisant par des niveaux de stress inférieurs chez les bénéficiaires (seuls 17 % d’entre eux se sont déclarés stressés contre 25 % des membres du groupe témoin) et une plus grande confiance en l’avenir.

Lorsqu’on lui a demandé si le revenu universel pouvait aider les personnes en bénéficiant à faire face à des situations économiques difficiles, comme celles induites par la pandémie de Covid-19, Minna Ylikännö, directrice de recherche à Kela, l’institution qui gère la sécurité sociale en Finlande, a estimé qu’un tel revenu pouvait « effectivement contribuer à réduire le stress en cette période incertaine » et apporterait « une certaine sécurité aux personnes se trouvant dans des situations très précaires, impliquant l’absence de revenus réguliers ».

— astudio / Shutterstock.com

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de