pyramide-journal
— ghanimurtafa / Shutterstock.com

Pointant une erreur majeure, la revue Archaeological Prospection a récemment rétracté un étude controversée, affirmant avoir identifié la plus ancienne pyramide au monde sur l’île indonésienne de Java.

Gunung Padang

Publié en novembre 2023, l’article concluait que la pyramide de Gunung Padang avait été façonnée par d’anciens humains il y a entre 25 000 et 14 000 ans, faisant d’elle la plus ancienne structure de ce type jamais découverte. Selon ses auteurs, les preuves rassemblées suggéraient « le recours à des techniques de construction avancées à une époque où l’agriculture n’avait peut-être pas encore été inventée », ainsi que la présence « de cavités ou chambres cachées » à l’intérieur de cette structure monumentale, enterrée à plusieurs reprises.

Au cours des semaines suivantes, ces affirmations extraordinaires avaient été largement mises en doute par de nombreux archéologues, expliquant notamment que les habitants de la région vivaient dans des grottes il y a entre 12 000 et 6 000 ans, et qu’aucun témoignage de leurs supposées « remarquables capacités de maçonnerie » n’avait jusqu’à présent été mis au jour.

Par ailleurs, si les échantillons de sol les plus anciens utilisés pour dater la structure remontaient effectivement à 27 000 ans, ils ne présentaient aucun signe (fragments d’os ou du charbon de bois) d’activité humaine, tandis que l’absence de marques de taille sur une pierre en forme de poignard, décrite comme probablement d’origine humaine, semblait également réfuter cette possibilité.

— © RaiyaniM / Wikimedia Commons

Une erreur majeure

Face à ces polémiques, Archaeological Prospection a récemment procédé au réexamen de l’étude, et découvert qu’elle comportait « une erreur majeure », n’ayant pas été identifiée lors de son examen initial par les pairs, qui renforce l’idée qu’il s’agisse d’une formation naturelle.

« La datation au radiocarbone a été appliquée à des échantillons de sol qui n’étaient pas associés à des artefacts ou à des caractéristiques pouvant être interprétés de manière fiable comme étant anthropogéniques ou façonnés par l’Homme », a expliqué la revue dans sa note de rétractation. « Par conséquent, l’interprétation selon laquelle le site est une ancienne pyramide construite il y a 9 000 ans ou plus est incorrecte, et l’article doit être rétracté. »

Réagissant à cette décision « injuste », les auteurs de l’étude ont affirmé avoir « établi sans équivoque qu’il s’agissait de constructions artificielles ou de caractéristiques archéologiques, plutôt que de formations géologiques naturelles », et que ces couches étaient « accompagnées de nombreux petits artefacts, constituant une preuve tangible de leur origine anthropique ».

S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Serge Rochain
Serge Rochain
25 jours

Mouhai…..

Allix
Allix
24 jours

Si cette découverte contrevient à la « science officielle » alors aucune chance d’être reconnue !..