requin-marteau
© Kris Mikael Krister / Wikimedia Commons

Dans les vastes profondeurs de l’océan, un phénomène particulier et impressionnant a récemment fait son apparition : la mystérieuse congrégation de requins-marteaux sous la pleine lune. Les scientifiques essaient maintenant de comprendre ce qui pousse ces requins à agir de cette manière.

Des rassemblements étranges sous la pleine lune

Avec leur tête en forme de « T » caractéristique, les requins-marteaux comptent parmi les habitants les plus distinctifs et les plus fascinants des océans du monde. Les requins-marteaux sont de véritables vagabonds océaniques, et on peut ainsi les trouver dans les eaux chaudes et tempérées du monde entier. Leurs habitats préférés vont des bas-fonds côtiers aux profondeurs de l’océan, ce qui en fait des chasseurs polyvalents avec un régime alimentaire diversifié. Notons qu’il existe diverses espèces de requins-marteaux.

Si certains sont très répandus, d’autres sont au bord de l’extinction. Dans un cas comme dans l’autre, il faut savoir que, de manière générale, les requins-marteaux sont plutôt solitaires. Pourtant, dans un phénomène assez étrange, chaque été austral (entre les mois de décembre et mars), de grands requins-marteaux – uniquement des femelles – se rassemblent sur les atolls de Rangiroa et de Tikehau en Polynésie française. Plus étrange encore, ces requins se rassemblent surtout pendant la pleine lune.

Notons qu’un atoll est une île ou un récif corallien en forme d’anneau entourant un lagon qui se forme lorsque la terre s’érode et s’enfonce sous la surface de l’océan. Le phénomène a été clairement remarqué entre 2020 et 2021 lorsque des chercheurs ont observé sur place l’étrange rassemblement. Des enregistrements vidéo ont permis de constater que de tels rassemblements se sont déjà produits plusieurs fois entre 2006 et 2019. Au cours des rassemblements de 2020 et 2021, les chercheurs ont recensé une cinquantaine de participants dans les deux atolls éloignés de 15 kilomètres l’un de l’autre.

Pleine lune
— Voraorn Ratanakorn / Shutterstock.com

La lune, les raies ou la température de l’eau peuvent être en cause

Ils ont aussi noté que plus de la moitié des requins étaient des résidents saisonniers. Cela veut dire que les requins n’y passaient que six jours par mois, pendant cinq mois maximum. Les chercheurs ont également remarqué que les requins à proximité de l’atoll de Rangiroa se sont principalement rassemblés dans un endroit appelé « plateau de têtes-marteaux », une zone de 45 à 60 mètres de profondeur, et se sont déplacés indépendamment les uns des autres. Pour l’instant, les experts ignorent encore ce qui pousse cette espèce en danger critique d’extinction à agir ainsi.

Ils ont tout de même quelques pistes à explorer. En premier lieu, ils ont identifié les atolls de Rangiroa et de Tikehau comme étant des zones de concentration. Les chercheurs pensent également que les requins n’ont probablement aucun lien les uns avec les autres, mais ils sont attirés à cet endroit par des facteurs externes qui semblent liés au cycle lunaire et à la présence de raies aigles ocellées (Aetobatus ocellatus). En ce qui concerne la lune, une augmentation de luminosité lunaire pourrait améliorer la capacité du requin à chasser autour des atolls la nuit.

Les requins pourraient également réagir aux changements des champs géomagnétiques, qui peuvent se produire sous une pleine lune, car ils sont très habiles à détecter ces changements. Quant au lien potentiel avec les raies, il faut savoir que les requins se nourrissent de ces raies et pourraient prédire leur arrivée dans les atolls. Indépendamment de ces deux théories, les chercheurs pensent également que la température plus chaude dans les atolls pourrait attirer les requins. Les détails de leur étude ont été publiés dans la revue Frontiers in Marine Science.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments