— V.Lawrence / Shutterstock.com

Pour faire face à la pandémie de coronavirus, Lina Hidalgo, juge du comté de Harris au Texas, a la semaine dernière publié une ordonnance interdisant tout rassemblement, et astreignant « toutes les personnes vivant actuellement dans le comté de Harris à rester dans leur lieu de résidence, sauf pour les activités essentielles« . Certaines clauses de cette ordonnance ne sont pas du goût de plusieurs pasteurs ni de Steven Hotze, médecin et activiste républicain anti-LGBT.

De nombreuses ordonnances très similaires ont été publiées à travers tous les États-Unis, celles-ci ayant pour objectif de ralentir la propagation de la pandémie de coronavirus. Plus précisément, l’ordonnance de Lina Hidalgo exige la fermeture de nombreuses entreprises du comté, mais également de la plupart des endroits où les gens ont des possibilités de se rassembler en groupe. Cette ordonnance autorise les autorités religieuses à « servir et conseiller dans des contextes individuels, aussi longtemps que les protocoles de distance sociale sont suivis », mais demande à ce que les temps d’adoration (qui voient de nombreuses personnes réunies dans un espace clos sur un temps prolongé) soient « fournis par vidéo et par téléconférence ».

Ces restrictions sur la question de la religion et du culte ont suscité la colère de certains pasteurs mais surtout de Steven Hotze. Ces derniers ont déclenché une action en justice, dans laquelle ils demandent à la Cour suprême du Texas d’annuler l’ordonnance d’Hidalgo, sous prétexte qu’elle contreviendrait à leur « liberté religieuse » : malgré la pandémie, ils émettent le souhait de pouvoir continuer à rassembler leurs paroissiens dans un espace clos sur une période prolongée.

Les arguments de Hotze et de ses disciples semblent peu soutenus par la loi, mais la Cour suprême du Texas étant très conservatrice (en effet, ses neuf membres sont tous républicains), il est possible qu’elle réponde favorablement à la requête de Hotze. Mais il est également tout à fait possible que cette même Cour reconnaisse le bien-fondé de cette ordonnance, qui impose certaines limites à la liberté religieuse. Avec cette action en justice, Hotze semble favoriser les intérêts de quelques pasteurs et paroissiens au détriment de la santé publique d’une communauté entière.

Pour réussir son action en justice, Hotze fait valoir le premier amendement de la Constitution, qui donne aux États-uniens une liberté de religion et de culte. Considérant cet amendement, les tribunaux seraient contraints d’annuler l’ordonnance d’Hidalgo, à moins que cet ordre ne soit soutenu par un « intérêt gouvernemental impérieux ». Nous pouvons penser que le confinement pour endiguer la pandémie de coronavirus en fait partie.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
19guy51 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
19guy51
Membre
19guy51

Ils invoquent le psaume 91, et luttent contre l’avortement.
Comme quoi trop de religion rend con.