― kovop58 / Shutterstock.com

Près de deux ans après la signalisation des premiers cas de coronavirus, nous continuons d’en découvrir un peu plus sur le virus à l’origine de la pandémie. Selon une nouvelle étude, une survivante du cancer a été infectée par le SARS-CoV-2 pendant 335 jours. A ce jour, il s’agit du plus long cas de Covid-19 jamais documenté par les chercheurs.

Un record

Une femme a été infectée par le Covid-19 pendant 335 jours, a rapporté Science Magazine. Agée de 47 ans, l’identité de la patiente n’a pas été mentionnée. Sa première hospitalisation liée au Covid-19 remonte au printemps 2020, aux National Institutes of Health (NIH) du Maryland. Dix mois plus tard, les médecins ont découvert qu’elle était toujours porteuse du virus. Entre-temps, elle présentait des symptômes légers ou inexistants de la maladie.

Les auteurs de l’étude indiquent que les niveaux de virus présents dans son corps étaient à peine détectables durant les mois suivant son infection initiale. La patiente a été testée positive au coronavirus à plusieurs reprises, mais les médecins pensaient qu’il s’agissait de faux positifs. Cependant, sa charge virale a de nouveau augmenté en mars dernier.

En analysant le virus, Elodie Ghedin, une virologue moléculaire qui dirige un laboratoire des NIH qui étudie les génomes du virus SARS-CoV-2 à partir d’infections, et la biologiste informatique Allison Roder ont pu confirmer qu’il s’agissait du même virus que lors de l’infection initiale. Cela signifie qu’elle a été infectée par le même virus pendant près d’un an, soit 335 jours. Un record.

― faboi / Shutterstock.com

Une survivante du cancer

La femme de 47 ans qui a déjà survécu à un cancer a été guérie de l’infection en avril dernier, après avoir reçu un traitement. Depuis, tous ses tests au Covid-19 se sont révélés négatifs. D’après les médecins, le virus aurait profité de son système immunitaire affaibli. Trois ans plus tôt, la patiente avait suivi un traitement contre le cancer du sang. Ce traitement l’avait laissée avec un faible taux de cellules B, des cellules du système immunitaire qui fabriquent des anticorps.

Elodie Ghedin, l’autrice principale de l’étude, indique que les cas d’infection chez les patients dont le système immunitaire est affaibli donnent aux chercheurs une occasion d’étudier la façon dont le virus explore l’espace génétique. « En analysant des échantillons de ce patient et d’autres personnes atteintes d’infections chroniques, nous pourrons voir comment le virus évolue », a-t-elle déclaré.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de