Avec les beaux jours, les moustiques reviennent. Mais ils prolifèrent à travers le monde toute l’année et le réchauffement climatique pourrait jouer en leur faveur. Des hivers moins rudes et des températures plus douces pourraient les changer en ennemis permanents mais aussi en dangereux propagateurs de virus.

EN QUOI LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE AIDE-T-IL LES MOUSTIQUES ?

Pour vivre, les moustiques ont besoin de deux éléments : de la chaleur et des eaux stagnantes. Si les moustiques sont donc fréquents au printemps et en été, les températures toujours plus élevées leur permettrait de survivre plus longtemps. Mais au-delà d’une durée de vie étendue, les moustiques pourraient également attaquer des zones qui étaient épargnées jusqu’alors.

Les moustiques porteurs de virus comme la dengue, Zika ou la fièvre jaune pourraient migrer vers le nord du globe. Enfin, le dioxyde de carbone et la multiplication des catastrophes naturelles peuvent favoriser leur prolifération. D’après les spécialistes, le réchauffement climatique causerait un milliard de nouvelles infections d’ici la fin du siècle.

La propagation du virus Zika dans le monde en 2016 ©Wikipedia / Furfur

DES SCÉNARIOS POUR MIEUX PRÉPARER L’AVENIR ?

Une étude sur la question menée par le biologiste Colin J. Carlson vient d’être publiée dans la revue PLOS Neglected Tropical Diseases. En plus de présenter l’impact qu’a le réchauffement climatique sur les moustiques, elle présente toutes les questions que cela va engendrer.

Pour cela, les chercheurs ont concentrés leurs recherches sur Aedes aegypti et Aedes albopictus. Ces deux espèces de moustiques porteuses de maladies sont les plus répandues au monde. L’idée est de comprendre le plus tôt possible ce qu’il peut advenir d’ici une trentaine d’années pour prévenir une potentielle catastrophe sanitaire.

« Il est essentiel de comprendre de façon aussi détaillée que possible les risques auxquels nous sommes exposés lorsque nous nous dirigeons vers une planète plus chaude. Les moustiques sont capables de propager les agents pathogènes plus rapidement que les épidémiologistes ne peuvent suivre une épidémie. », comme le rappelle Robert T. Schooley, expert en maladies infectieuses à l’Université de Californie à San Diego.

Les moustiques risquent de devenir plus résistants

DES RISQUES PLUS IMPORTANTS DANS CERTAINES RÉGIONS ?

Les moustiques sont de véritables fléaux dans les régions les plus chaudes du monde, et cela pourrait empirer. D’ici une cinquantaine d’années, le réchauffement climatique impactera l’ensemble des espèces de moustiques. Les risques de transmission de maladies, déjà élevés sous les tropiques, seront encore plus importants.

Ils pourraient même s’étendre à toute l’année et être encore plis intenses qu’à l’heure actuelle. Les pays en voie de développement risquent d’être les plus touchés par ce phénomène. L’Afrique sub-saharienne notamment pourrait être davantage touchée. Mais les touristes infectés à l’étranger risquent également de propager des virus, surtout s’ils sont piqués à leur retour par d’autres moustiques toujours plus résistants.

Les catastrophes naturelles facilitent la propagation des moustiques

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de