Un nouveau rapport alarmant de l’ONU révèle que la fréquence des catastrophes naturelles avait quasiment doublé au cours de deux dernières décennies, et que cette forte hausse était en grande partie liée aux évènements météorologiques extrêmes induits par le changement climatique.

7 348 évènements majeurs recensés au cours des deux dernières décennies

Intitulé « Coût humain des catastrophes naturelles 2000-2019 », le document recense les principales catastrophes ayant frappé l’humanité depuis le début du 21e siècle, évènements définis comme ayant entraîné la mort de 10 personnes ou plus, impacté 100 personnes ou plus, déclenché un état d’urgence ou une demande d’aide internationale. Ainsi, ce sont 7 348 catastrophes majeures, ayant fait 1,23 million de morts, touché quelque 4,2 milliards de personnes et généré 2 537 milliards d’euros de pertes économiques à l’échelle mondiale, qui ont été enregistrées au cours de cette période.

Ce qui représente une hausse spectaculaire par rapport aux deux décennies précédentes (1980-1999), au cours desquelles 4 212 catastrophes majeures, responsables d’1,19 million de morts et ayant impacté 3,25 milliards de personnes, avec des pertes économiques globales estimées à 1 392 milliards d’euros, avaient été recensées.

« Aujourd’hui, davantage de vies sont sauvées mais davantage de personnes sont également touchées par l’urgence climatique », souligne le rapport. « Les risques de catastrophes deviennent systémiques, avec des événements se chevauchant, en influençant d’autres et mettant à rude épreuve notre capacité de résilience. C’est pourquoi il est indispensable d’investir dans la prévention, l’adaptation au changement climatique et la réduction des risques de catastrophe. »

— think4photop / Shutterstock.com

Des conséquences directes du changement climatique

Les phénomènes météorologiques extrêmes liés au climat représentent une grande partie de ces catastrophes (3 656 pour la période 1980-1999 et 6 681 pour 2000-2019), avec une nette augmentation des inondations majeures (ayant quasiment doublé au cours des deux dernières décennies pour atteindre le chiffre de 3 254) et des tempêtes (passées de 1 457 à 2 034). D’autres augmentations importantes ont également été observées concernant la fréquence des sécheresses, des incendies et des températures extrêmes, directement liées à la hausse des températures moyennes mondiales, se révélant 1,1 °C supérieure à celles de l’ère préindustrielle.

« Si une telle augmentation des événements climatiques extrêmes se poursuit au cours des vingt prochaines années, l’avenir de l’humanité sera particulièrement sombre », estime Debarati Guha-Sapir, professeur à l’université de Louvain et co-auteur du rapport.

« Nous devrons vivre avec les conséquences des niveaux actuels de changement climatique pendant longtemps encore, mais il existe de nombreuses mesures pratiques qui peuvent être prises pour réduire le fardeau des pertes dues aux catastrophes, en particulier dans les pays à faible et moyen revenu qui manquent de ressources et sont les plus exposés aux pertes économiques à une échelle sapant leurs efforts pour éradiquer la pauvreté et fournir des services de bonne qualité, notamment dans les domaines de la santé et de l’éducation. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de