Image d’illustration — Michael Rosskothen / Shutterstock.com

Une équipe de paléontologues argentins a récemment identifié une nouvelle espèce massive de reptile volant préhistorique, qui planait au-dessus des plaines andines il y a plusieurs dizaines de millions d’années.

Deux géants ailés du Crétacé

Décrits dans la revue Cretaceous Research, les deux fossiles relativement complets ont été découverts au cours de fouilles réalisées dans la province de Mendoza, située dans l’ouest de l’Argentine. Une analyse étroite des différents os (membres supérieurs, pattes, vertèbres) a permis la mise en évidence de caractéristiques uniques, indiquant que ces imposantes créatures ailées étaient les représentantes d’une espèce de ptérosaure jusqu’alors inconnue, rattachée à la famille des Azhdarchidae.

« Les restes étaient dans différents états de conservation », souligne Leonardo Ortiz David, auteur principal de l’étude. « Certains d’entre eux étaient complets, comme les humérus, les syncarpiens et les vertèbres dorsales, tandis que d’autres étaient fragmentaires, notamment les phalanges, le cubitus, le radius, le fémur et le bassin. »

Reconnaissables à leur crâne disproportionné (s’avérant parfois plus long que l’ensemble de leur corps élancé) et à leur cou très allongé, les Azhdarchidae vivaient à la fin du Crétacé, il a 145 à 66 millions d’années environ.

La datation des fossiles a révélé que les deux ptérosaures, possédant respectivement une envergure de 7 et 9 mètres, étaient morts exactement au même moment, il y a 86 millions d’années. Selon Ortiz David, le plus petit ne semblait pas avoir achevé sa croissance, ce qui suggère qu’il ait pu s’agir d’un juvénile et d’un proche parent.

Thanatosdrakon amaru

L’équipe a nommé la nouvelle espèce Thanatosdrakon amaru, combinant les mots grecs thanatos (la mort), drakon (dragon) et le terme quechuan amaru (serpent volant). Dans la mythologie inca, l’amaruca était un énorme reptile à deux têtes vivant au fond des lacs et des rivières.

« Comme il s’agit de la plus grande espèce de ptérosaure jamais découverte en Amérique du Sud, le nom de dragon de la mort nous semblait particulièrement approprié », explique Ortiz David. « À l’heure actuelle, il n’existe aucune trace d’un parent proche présentant des caractéristiques osseuses similaires dans les archives fossiles. »

Il y a quelques semaines, une série de fouilles menées en Patagonie avait conduit à la découverte d’os fossilisés appartenant à une nouvelle espèce de mégaraptor.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments