En cette période très complexe de confinement, imposé afin de lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus, les services hospitaliers et de santé sont débordés. Face à cette situation, la Haute Autorité de santé a étendu à neuf semaines l’accès à l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse à domicile, afin que les femmes continuent d’avoir les mêmes droits y compris pendant l’épidémie de Covid-19.

L’accès à l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse à domicile étendu à neuf semaines

Alors que des mesures de confinement sont imposées et que les services de santé sont débordés, la Haute Autorité de santé (HAS), après avoir été saisie par Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, autorise désormais à étendre à neuf semaines d’aménorrhée l’accès à l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse à domicile.

La HAS a également insisté sur « la nécessité de garantir le droit des femmes à l’IVG durant la période de l’épidémie de Covid-19 en évitant autant que faire se peut d’aller en établissement de santé« .

Afin d’étendre cet accès, la Haute Autorité de santé a établi un nouveau protocole médicamenteux qui associe la prise de deux molécules. Il est également validé par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), comme l’a expliqué la HAS dans un communiqué.

— Lopolo / Shutterstock.com

Des systèmes de santé dépassés par la crise du coronavirus

Alors que les systèmes de santé et hospitaliers sont complètement débordés en cette période complexe de coronavirus, diverses associations s’inquiètent fortement des difficultés pour les femmes d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse. Elles craignent également que certaines femmes dépassent le délai légal autorisé.

La Haute Autorité de santé alerte également sur le fait qu’il faut prévenir la douleur en prescrivant aux patientes du paracétamol associé à de l’opium ou de la codéine et non de l’ibuprofène. Elle explique aussi qu’il faut éviter que ces femmes soient seules chez elles. De surcroît, les interruptions volontaires de grossesse à domicile peuvent être prescrites et entièrement suivies par téléconsultation.

En France, chaque année, environ 220 000 avortements ont lieu. Près d’un quart de ces IVG sont d’ailleurs effectuées en dehors d’un hôpital.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de