Le 23 mai dernier, une scène particulièrement dérangeante s’est déroulée au collège de Gary, aux États-Unis. Un jeune autiste s’est en effet vu décerner le prix du “garçon le plus pénible”.

Lors de la cérémonie de fin d’année aux États-Unis, alors que tous les élèves, parents et professeurs sont présents, certains élèves sont récompensés par des prix. Certains sont positifs, comme “le plus drôle” ou celui qui a “fait le plus de progrès”. Mais un jeune garçon de 11 ans souffrant d’autisme a été récompensé comme étant le “garçon le plus pénible”.

Le père, très choqué de cette scène, a voulu quitter les lieux. Mais le professeur qui a décerné le prix, qui est même ironiquement spécialiste dans l’encadrement des enfants aux besoins spécifiques, l’aurait retenu en lui disant qu’il avait oublié le prix de son fils et que ce n’était qu’une plaisanterie.

Le père qui se dit soulagé que son fils n’ait pas compris la signification de ce trophée, s’est montré tout de même très indigné. Il explique : “En tant que principal ou professeur, vous ne pouvez jamais laisser ça arriver à un élève« , « ce n’est pas parce qu’ils ont des besoins particuliers qu’ils ne ressentent rien ».

« Des excuses ont été présentées à la famille par le district et des mesures disciplinaires ont été prises à l’encontre du personnel impliqué », explique Peter Morikisn, un responsable du collège. Le professeur risque donc une suspension de deux semaines et un éventuel licenciement selon les dires de Rick Castejon, le père du collégien.

La scène s’est déroulée dans un collège aux Etats-Unis

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Azelda Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Azelda
Invité
Azelda

Heureusement que le jeune homme n’a pas comprit parce que sinon il se serait sûrement senti très blessé par ce trophée. Surtout que ce n’est pas de sa faute en plus.