Innovatiocaris maotianshanensis 
© Junnn11 / Wikimedia Commons

Il y a près de 520 millions d’années, une créature ressemblant à une brosse de toilettes sillonnait les fonds marins de ce qui est aujourd’hui le sud-ouest de la Chine. Baptisée Innovatiocaris maotianshanensis, il s’agissait d’un redoutable prédateur.

Une nouvelle espèce et un nouveau genre

Le fossile d’un jeune spécimen de radiodonta a été trouvé dans le Chengjiang Lagerstätte, un site de la province du Yunnan en Chine, en 1990. Celui-ci mesurait 15 centimètres de long et 5 centimètres de large. Les chercheurs l’avaient initialement identifié comme une espèce de radiodonta connue. Cependant, ses membres pointus étaient différents de ceux des autres radiodontas. Les scientifiques ont ainsi décidé d’effectuer une réévaluation du fossile.

Han Zeng, l’auteur principal de l’étude, publiée dans la revue Journal of the Geological Society, explique que les différentes espèces de radiodontas se distinguent principalement par la forme de leurs membres pointus. Or, comme ceux de ce fossile sont uniques, les chercheurs en ont conclu qu’il ne s’agissait pas seulement d’une nouvelle espèce, mais aussi d’un nouveau genre. Ils ont ainsi décidé de le nommer Innovatiocaris maotianshanensis.

Il chassait de grandes proies

Les fragments de fossiles trouvés ont tout d’abord conduit les scientifiques à attribuer les radiodontas à de nombreuses espèces et genres d’animaux différents. Ce n’est qu’à partir des années 1980 que des fossiles complets ont été découverts. Les chercheurs ont ainsi pu mettre à jour la classification du groupe. Ils estiment qu’il s’agit d’une lignée ancestrale d’arthropodes.

Han Zeng explique qu’une analyse des caractéristiques anatomiques d’Innovatiocaris maotianshanensis suggère qu’il chassait de grandes proies à l’aide de grandes pinces sur sa tête. Il s’agissait sans doute de l’un des plus redoutables prédateurs de l’époque. Il avait une très bonne vision grâce à ses yeux placés sur deux antennes allongées et pouvait facilement se déplacer à l’aide de ses pattes et de la structure de sa queue.

Le scientifique note que l’existence de ce nouveau genre « suggère la présence d’une nouvelle lignée évolutive parmi les radiodontas ». Il espère en savoir plus sur cet animal marin de la période cambrienne en analysant d’autres fossiles.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments