Power:On apporte l’électricité aux villages reculés du Bénin, et ils ont besoin de vous !

L’année dernière, nous vous présentions la courageuse initiative de Tristan, fondateur de la start-up Power:On qui ambitionne d’apporter l’électricité courante aux villages les plus reculés d’Afrique. Aujourd’hui, Tristan lance une campagne de financement nationale pour donner un coup de pouce à son formidable projet. Et nous avons décidé de l’y aider.

 

Coup d’éclat

Power:On fête cette année son 5e anniversaire. Créée en 2012 par un Tristan Kochoyan fraîchement diplômé de la meilleure école de commerce française – HEC pour les intimes – cette start-up solidaire et sociale a un beau projet : rendre l’électricité courante accessible à tous. On comptabilise pas loin d’1,3 milliard de personnes à travers le monde vivant sans électricité, et l’Afrique subsaharienne concentre à elle-seule la moitié de ces villages sans lumière – 630 millions. C’est au Bénin que Tristan ira poser la pierre angulaire de son projet, et plus précisément dans le village d’Igbérè, riche de 3 000 âmes.

« C’est pour moi un moment très fort, l’aboutissement d’un investissement total dans une mission pour laquelle je me bats depuis 5 ans. »

 

Tristan Kochoyan

En 2016, l’entrepreneur était parvenu à délester les habitants de leur inénarrable système D, majoritairement composé de piles électriques, de kérosène, d’essence et de bougies, grâce à un réseau électrique alimenté par un groupe électrogène. Du fait de sa faible capacité à générer de l’énergie en continu, les villageois ne pouvaient en profiter que cinq petites heures, de 19 heures à minuit. Mais depuis cette prouesse technique, la start-up a gagné en assurance et en visibilité…

Notoriété méritée

On le sait, certaines célébrités ont le cœur sur la main et sont engagées dans des dizaines de causes différentes dont l’éducation des jeunes filles (Emma Watson) et la protection de l’environnement (Leonardo DiCaprio). Le combat de Tristan Kochoyan contre les inégalités énergétiques en Afrique a lui aussi trouvé des porte-voix très influents parmi les artistes : Samuel L. Jackson, Kaaris et Omar Sy n’ont pas hésité à partager la vidéo de la start-up via leurs réseaux sociaux.

Le spot institutionnel, tourné par Antoine Bretillard et raconté par l’actrice Eva Green, relate l’incroyable histoire de Power:On qui, malgré les difficultés financières rencontrées par son créateur, est parvenue à fournir aux 3 000 habitants du village d’Igbérè 5 heures d’électricité quotidiennes ! Mais ce n’était pas assez pour Tristan Kochoyan qui voyait plus grand et plus vert.

Lueur d’espoir dans le financement participatif

Power:On ne bénéficie d’aucun financement public : tout passe par les dons de particuliers. Tristan a commencé à demander de l’aide à sa famille et ses amis pour donner vie à ce beau projet. Ce n’était pas suffisant pour que la start-up soit rentable ni pour qu’il puisse se dégager un salaire, mais bien assez pour redonner espoir à tout un village béninois. Mais Tristan ne veut pas s’arrêter en si bon chemin : dans une région aussi ensoleillée, il faut à tout prix miser sur le photovoltaïque. D’où l’idée de cette nouvelle campagne de financement pour convertir le réseau électrique actuel à l’énergie solaire.

« Cette campagne déterminera l’avenir de ce projet, qui, je le crois profondément, a le potentiel de changer des millions de vies. »

Tristan Kochoyan

En abandonnant le groupe électrogène au profit du photovoltaïque, Tristan espère bien fournir aux habitants d’Igbérè une électricité entièrement propre, à moindre coût, et pour une durée illimitée – 24h / 24h ! Mais pour y parvenir, il faut de l’argent… Et quelle meilleure manière, pour financer un si beau projet, que d’en appeler à la générosité de chacun ? Avec Pascal Légitimus à leur côté, Tristan et toute l’équipe de Power : On comptent sur nous pour les aider à concrétiser leur rêve.

Rendez-vous sur Gofundme pour que les 200 villages du Bénin aient eux aussi le droit à l’électricité courante !


Chaque seconde, la Lune parcourt 1 kilomètre autour de la Terre sur son orbite, à une vitesse de 3680 km/h.

— @DailyGeekShow